Operation Onymous : la cyber-police fouille la nébuleuse Silk Road 2.0

Cloud
operation-onymous-cyberpolice-fouille-sphere-silk-road-2-0

Europol, le FBI et des forces de police de 16 pays (dont la France) ont secoué Silk Road 2.0, une place de marché frauduleuse accessible via le réseau Tor.

Operation Onymous. Derrière ce nom de code se cache une action internationale coordonnée des forces de police qui vise à ébranler un marché obscur gangrénant de manière connexe le réseau Tor.

En coordination avec Europol (cellule J-CAT en charge de la lutte contre le cybercrime), Eurojust et l’European Cybercrime Centre (EC3) mais aussi le FBI, les services de lutte contre l’immigration clandestine et le département en charge de la sécurité intérieure côté Etats-Unis, une coalition d’unités de police dans 16 pays (dont la France) a procédé à l’arrestation de 17 individus soupçonnés d’organiser des trafics d’armes ou de drogues sur le Darknet ou de gérer des places de marché obscures.

Plus de 410 services camouflés ont été suspendus dans cette sphère underground surnommée Silk Road 2.0. Une allusion à une affaire précédente qui avait marqué les esprits : en octobre 2013, le FBI avait coupé les activités d’une plateforme de trafic dénommée Silk Road que l’on qualifiait à l’époque “d’Amazon de la drogue”.

En complément de l’Opération Onymous, les forces de police ont saisi des bitcoins (monnaie virtuelle) d’une valeur d’un million de dollars, 180 000 euros en cash et des équivalents en drogues, or et argent, précise le communiqué d’Europol.

Le réseau Tor se retrouve mis en cause dans le trafic. Pourtant, il n’est pas néfaste par sa conception. Tout dépend de l’usage que l’on en fait.

The Onion Router est un réseau décentralisé censé garantir l’anonymat en masquant les adresses IP. Pratique pour les opposants à un régime dictatorial qui cherche à contourner l’interdiction de la libre circulation de l’information. Mais c’est aussi une aubaine pour les cyber-criminels : ils se sont aussi engouffrés dans cet espace pour gagner en marge de manœuvres et organiser des trafics ou des fraudes.

On pourrait faire le même constat pour la “monnaie P2P” bitcoin dont l’usage commercial licite et illicite se développe.

Allemagne : haro sur Boerse.bz
Plus tôt dans la semaine, la police allemande a procédé à la perquisition de 121 domiciles au niveau national pour collecter des preuves d’implication dans l’animation ou la gestion du réseau de piratage Boerse.bz. Selon TorrentFreak, cette enquête a été enclenchée après la plainte de l’organisation de lutte contre la piraterie numérique GVU. Celle-ci considère que Boerse.bz favorise illégalement l’accès à 100 000 fichiers dont 61 000 films sans la permission des ayants droit.

Quiz : connaissez-vous les VPN ?
(Crédit photo – Shutterstock.com –  Droit d’auteur : Amy Walters)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur