Oracle rachète la start-up Collaxa

Mobilité

Lors de JavaOne, Oracle a officialisé le rachat de Collaxa, une start-up éditrice d’un serveur d’intégration des processus métier. Un produit qui viendra enrichir le serveur d’applications J2EE d’Oracle.

Il y a une quinzaine de jours, des rumeurs évoquaient le rachat par Oracle de Collaxa, une start-up créée par des anciens de Netscape (voir édition du 16 juin 2004). L’information a été confirmée le 29 juin par Oracle. Collaxa a développé un serveur dédié à l’intégration de processus métier ? par exemple, le traitement d’une demande de prêt bancaire – qui repose sur la spécification XML d’orchestration des services Web dite BPEL (Business Process Execution Language). Pour être plus précis, le serveur de Collaxa met en oeuvre une extension de BPEL, BPELJ, qui permet d’intégrer non seulement des services Web mais également des services J2EE.

Les architectures SOA en ligne de mire

Rappelons, pour la petite histoire, que BPEL a été mise au point notamment par IBM, Microsoft et BEA Systems. Dans un premier temps, Oracle et Sun Microsystems avaient de leur côté élaboré leur propre spécification d’orchestration des services Web, Web Services Choreography Interface (WSCI), avant d’y renoncer et de participer au comité technique mis en place par l’OASIS (Organization for the advancement of structured information standards), consortium international placé sous l’égide de l’ONU, afin d’étudier la possibilité d’ériger BPEL au rang de standard (voir édition du 12 mai 2003). D’ores et déjà, Oracle a rebaptisé le produit de Collaxa “Oracle BPEL Process Manager”. Téléchargeable gratuitement à des fins d’évaluation, il est commercialisé soit sous forme de module complémentaire au serveur d’applications J2EE d’Oracle au prix de 10 000 dollars, soit en tant que produit autonome pour 30 000 dollars. Plus généralement, l’acquisition de Collaxa permet à Oracle de se renforcer dans le secteur des architectures orientées services ou SOA, domaine sur lequel se positionnent tous les éditeurs de serveurs d’applications ou d’intégration (IBM, BEA, Microsoft?).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur