Oracle est rugissant : il veut bousculer le cloud

Régulations

Même le patron Larry Ellison monte au front pour marquer le coup. Oracle affiche de hautes ambitions dans le cloud avec une nouvelle gamme de solutions et la concurrence n’a qu’à bien se tenir.

Finalement, Larry Ellison trouve du charme au cloud. Mais ce n’était pas inné au sein du groupe Oracle.

Les temps changent au regard de cette charge.

“La plupart des acteurs du cloud ne proposent que des solutions de niche. Ils n’ont pas de plateformes à déployer”, déclare le tonitruant P-DG et fondateur d’Oracle à la tête du “seul éditeur proposant une suite complète d’applications modernes et sociales, s’appuyant toutes sur une plateforme basée sur les standards”.

Voilà qui va faire plaisir à la concurrence polymorphe (Microsoft, HP, IBM, Amazon…).

Pour fêter l’ouverture de son compte Twitter (presque 25 000 followers acquis en deux jours), Larry Ellison fustige l’un des rivaux favoris.

“Oracle a plus d’une centaine de clients exploitant des applications live dans le cloud actuellement. SAP n’a rien d’autre que SuccessFactors jusqu’en 2020.” Voilà, c’est dit et cela soulage visiblement.

Sur le front des produits, Oracle vient de dévoiler une solution complète de “plateforme sociale d’entreprise” (Oracle Cloud Social Services) déclinée en modules cloud : Oracle Platform Services (déploiement “accéléré” d’applications), Oracle Application Services (outils ERP, capital humain, gestion des talents, marketing, CRM…), et Oracle Social Services (plate-forme sociale qui entre en concurrence frontale avec des pure players comme Salesforce.com).

Finis les logiciels et le modèle économique par délivrance de licences. Tous les services cloud sont gérés, hébergés et supportés par Oracle à partir des ressources serveurs liées aux infrastructures critiques Exadata et Exalogic. Et bien sûr exploités sur un modèle d’abonnement.

Un changement de paradigme qui touche tous les éditeurs de logiciels.

Avec cette nouvelle gamme cloud, Oracle vise en priorité les grandes entreprises qui ont des problématiques de data center à gérer.

Mais il ne fait pas doute qu’après voir touché les grands comptes, Oracle va s’intéresser aux PME.

Il est de notorité publique qu’Oracle est agressif sur le front commercial. Il ne serait guère étonnant que les prochaines opérations de croissance externe du groupe IT américain servent à renforcer son influence dans le cloud…

A l’instar d’un SAP qui a avalé SuccessFactors fin 2011 ou plus récemment Ariba.

Crédit photo : Oracle

—————————- ETUDE CLOUD (NETMEDIAEUROPE)  ——————————

Cloud computing : où en sont les entreprises françaises ?
Cette étude, réalisée avec Microsoft, fait le point sur la perception la pénétration du Cloud Computing en France.
Cliquez ici.

———————————————————————————————————


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur