Orange – Bouygues Telecom : les accordailles sont signées

EntrepriseFusions-acquisitionsOpérateursRéseaux
orange-bouygues-negociations
2 4

Orange a confirmé avoir signé un accord de confidentialité en vue d’acquérir la filiale télécoms du groupe Bouygues.

Bouygues a changé de ton concernant l’éventuelle vente de sa filiale télécoms à Orange.

Alors qu’il ne commentait pas, hier encore, « les rumeurs de marché », le groupe BTP annonce, ce mardi 5 janvier, qu’un accord de confidentialité a été signé avec l’opérateur historique autour de l’acquisition de Bouygues Telecom.

Du côté d’Orange, on évoque la « reprise de discussions préliminaires », sans contrainte calendaire, ni schéma prédéfini. Sachant en outre qu’il ne s’agit pas, officiellement, de discussions exclusives…

Dans les faits, l’accord de confidentialité aurait été scellé la veille de Noël, si l’on en croit le Journal du Dimanche.

Selon les différents scénarios évoqués (dont celui de Bloomberg, qui avait allumé la mèche début décembre), Orange pourrait mettre 10 milliards d’euros sur la table, dont 8 milliards sous la forme d’une ouverture de son capital à Bouygues. Lequel deviendrait, avec une participation de 15 %, deuxième actionnaire de l’opérateur historique, derrière l’État (détenteur de 25,04 % du capital, dont 11,6 % via Bpifrance Participations).

Les discussions porteraient uniquement sur la filiale télécoms du groupe Bouygues. La chaîne TF1 serait écartée, malgré les velléités d’Orange dans ce sens, rapportées fin décembre par Le Canard enchaîné.

Des négociations s’étaient déjà tenues au printemps 2014, peu après l’acquisition de SFR par Numericable (Altice). Elles n’avaient pas abouti (voir notre article du 2 juillet 2014 : « Orange ne souhaite plus racheter Bouygues Telecom »).

Cette fois-ci, les véritables pourparlers démarreraient à la mi-janvier, dans l’espoir de boucler une alliance en trois mois.

Il faudra d’abord régler les questions de valorisation et de gouvernance, mais aussi évaluer les conditions que les autorités de régulation du secteur télécoms – françaises, voire européennes – pourraient poser à ce rapprochement.

Comme le souligne Silicon.fr, Iliad-Free pourrait récupérer des fréquences 800 MHz (le groupe de Xavier n’en possède pas pour le moment), voire des réseaux de fibre optique. Tandis que Numericable-SFR accueillerait des clients des forfaits B&You, voire des clients Entreprise, pour éviter d’alourdir la position dominante d’Orange Business Services (récemment condamné sur ce point).

Crédit photo : JTKPHOTO – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur