Orange exclut Sosh de son opération 4G

4GCloudMobilité
Orange 4G LTE

Dans un contexte d’effervescence autour du très haut débit mobile, Orange ouvre, en date du 4 avril, son réseau 4G au grand public dans 50 villes de Métropole. Les abonnés Sosh sont laissés pour compte.

Dans un contexte d’effervescence autour du très haut débit mobile, Orange prend l’initiative en ouvrant, ce 4 avril, son réseau 4G au grand public, initialement dans 15 agglomérations de Métropole.

Cinquante villes sont concernées, dont Paris partiellement (quartier de l’Opéra, étendu sur les Ier, IIe, VIIIe et IXe arrondissements).

Marseille, Lyon, Lille et Nantes, où les entreprises bénéficient de la 4G/LTE d’Orange depuis novembre dernier, sont également dans la boucle.

D’ici le mois de juin, la couverture s’étendra à 36 agglomérations.

La mise en service dans la Capitale et sa petite couronne sera effective “avant la fin de l’année“, selon Delphine Ernotte.

Le directrice exécutive d’Orange France ajoute que cet objectif de déploiement impliquera la mise en fonction de “3000 à 4000 sites 4G“.

Mais certains clients n’en bénéficieront pas. En l’occurrence, les abonnés Sosh, dénombrés à plus d’un million et exclus sans autre forme de procès.

Le P-DG Stéphane s’est montré formel à cet égard, considérant la LTE comme un élément stratégique pour “redonner de la valeur au marché”.

C’est dans cet esprit que la 4G ne sera, dans un premier temps, accessible gratuitement qu’aux clients haut de gamme Origami Jet.

Les titulaires d’autres forfaits inscrits dans cette gamme auront toutefois la possibilité de souscrire une option à 1 euro par mois, “tarif de bienvenue” en vigueur jusqu’à fin décembre.

A ce titre, l’échelle tarifaire débute à 30,90 euros TTC par mois, dans les eaux de SFR et ses 29,99 euros pour une enveloppe data de 2 Go.

Voix et données n’opéreront cependant que sur la bande à 2,6 GHz, les “fréquences en or” (800 MHz) étant encore à l’expérimentation.

Et pour cause : si elles possèdent une meilleure capacité de pénétration dans les immeubles et une portée accrue en zone rurale, elles présentent des risques de brouillage avec la télévision numérique terrestre (TNT).

Autre contrainte pour l’utilisateur final, la compatibilité encore limitée des terminaux. L’offre s’étoffe, néanmoins, avec 10 terminaux 4G (smartphones et tablette) au catalogue d’Orange.

L’opérateur historique mettra aussi son réseau très haut débit à contribution pour stimuler l’adoption de ses services télécoms. Notamment la solution de communications unifiées Libon, qui combine messagerie instantanée, appels voix et visio.

C’est tout un modèle économique qui émerge avec comme maillon central les données, différenciatrices auprès du client et génératrices de valeur.

Les analystes tablent d’ailleurs sur un ARPU “data” (consommation moyenne par utilisateur) de 12 euros par mois pour chaque smartphone 4G à l’horizon 2016, contre environ 10 euros pour la 3G actuellement.

Ce qui rehausserait le revenu moyen, compensant éventuellement les baisses tarifaires pratiquées suite à l’arrivée de Free Mobile.

Orange

Image 1 of 6

Une boutique Orange à Amiens
@daisy reillet

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : êtes-vous au point sur la 4G ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur