Orange lance en France son cloud public à base de technologies Huawei

CloudGestion cloudOpérateursRéseaux
orange-cloud-huawei

Orange ouvre, en France, son offre IaaS « Flexible Engine » construite avec le chinois Huawei… et apporte des garanties quant à la pérennité de Cloudwatt.

Voilà Flexible Engine lancé en France, mais cela ne signifie pas l’extinction de Cloudwatt.

C’est, dans les grandes lignes, le message qu’Orange Business Services a cherché à faire passer dans le cadre de la troisième édition du Cloud Independence Day, organisé ce 6 juin 2017 à l’École militaire de Paris.

Tandis qu’elle annonçait l’ouverture, dans l’Hexagone, de son offre IaaS construite en partenariat avec le chinois Huawei, la société de services du groupe télécoms a apporté une garantie aux tenants du « cloud souverain » : les démarches enclenchées dans le but d’obtenir, pour Cloudwatt, la labellisation SecNumCloud* délivrée par l’ANSSI (Agence nationale de sécurité des systèmes d’information).

Le partenariat mondial avec Huawei avait été officialisé fin février par la voie d’un communiqué publié sur le site anglophone d’Orange Business Services.

L’accord prévoit que l’opérateur fournisse les datacenters et opère les services (design, construction, fonctionnement). Le groupe chinois fournit quand à lui le matériel (serveurs, commutateurs, stockage), le support de niveau 3… et le logiciel ; en l’occurrence la pile OpenStack, au développement de laquelle il est l’un des dix principaux contributeurs.

Dans un premier temps, ce contrat ne devait pas concerner la France. Mais il n’avait aucune raison de ne pas s’y étendre à terme, Flexible Engine ayant déjà été déployé en Asie (deux datacenters à Singapour) et un point de présence devant être installé aux États-Unis à l’automne.

Remous à la Dinsic

On peut percevoir, dans cette période de transition, une façon de rassurer toutes les entités qui ont investi dans Cloudwatt et qui pouvaient légitimement se poser la question de l’avenir de cette plate-forme elle aussi basée sur OpenStack.

Sur la liste, l’État, actionnaire à 23 % d’Orange et dont la DSI (Dinsic) est sous contrat avec Orange pour la fourniture de services IaaS.

Le contrat en question vaut pour deux ans, avec renouvellement possible pour deux années supplémentaires. Couvrant les besoins des ministères et d’une dizaine d’établissements publics, il est entré en service mi-2016, avec plusieurs mois de retard.

Au mois de mars, quelques semaines après la publication du communiqué faisant état du partenariat Orange-Huawei, Le Canard enchaîné s’était fait écho des craintes de l’administration française sur l’éventuel espionnage de clients de l’opérateur par la Chine. On disait alors la Dinsic prête à lancer un nouvel appel d’offres pour diversifier ses fournisseurs.

Il semble désormais envisagé de relancer le chantier en début d’année prochaine, après une analyse des premiers usages du cloud au sein de l’administration, selon Silicon.fr.

* Le référentiel SecNumCloud définit les exigences applicables aux fournisseurs de services d’infrastructure (IaaS), de plate-forme (PaaS) et de logiciels (SaaS) pour être définis comme des prestataires « de confiance ».


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur