Orange se préparerait à subventionner l’iPhone

Mobilité

Les ventes du terminal d’Apple déçoivent. Orange serait en train de revoir ses conditions de commercialisation.

Cinq mois après son lancement, l’iPhone devrait connaître de substantielles baisses de prix en Europe. Des baisses qui alimentent les spéculations sur la possible renégociation des contrats qui lient Apple aux opérateurs européens. Dans un article du 18 avril 2008, le quotidien Les Echos estime ainsi que “Le groupe californien est en train de tirer les leçons de l’échec de son iPhone en France et en Europe, et de revoir son modèle économique”, plaidant finalement pour une subvention des terminaux qui lui permettrait de stimuler ses ventes.

Il faut dire que les chiffres ne sont pas brillants et sont bien loin des prévisions de la pomme (qui souhaite en écouler 10 millions d’exemplaires dans le monde d’ici à la fin de l’année). Depuis le lancement de l’iPhone en France fin novembre 2007, environ 100 000 terminaux auraient été commercialisés par Orange dans l’Hexagone (tandis que cet opérateur tablait sur la vente de 100 000 terminaux en un mois). Ce n’est guère mieux au Royaume-Uni, où O2 en aurait vendu 200 000 et en Allemagne, où T-Mobile a annoncé fin janvier qu’il en avait distribué 70 000.

Apple revoit sa copie

Résultat, O2 vient d’annoncer une baisse de 100 livres sterling (124 euros) de l’Iphone au Royaume-Uni. En Allemagne, T-Mobile va plus loin. Il offre une réduction de 300 euros sur le terminal, moyennant la souscription à son forfait le plus cher.

Pour Les Echos, pas de doutes, cela “signifie que le téléphone est désormais subventionné”. Le quotidien affirme par ailleurs que “deux responsables d’Orange, Louis-Pierre Wenes, directeur exécutif pour la France, et Alice Holzman, directeur marketing de l’opérateur, ont pris l’avion en début de semaine pour Cupertino, dans la Silicon Valley”. Leur visite aurait pour objectif de “Discuter des modalités de la baisse des prix du fameux ‘smartphone’ d’Apple en France”, tandis qu’il y aurait “une pression forte d’Apple pour passer à un modèle subventionné”.

Une chose est sûre, c’est un sérieux revers pour la pomme qui s’était opposée aux subventions de son iPhone par ses partenaires, leur imposant au passage le reversement de 30% des revenus associés aux ventes non subventionnées de son terminal.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur