Orange Tunisie pourrait faire l’objet d’une renationalisation partielle

Cloud

Marwan Mabrouk, gendre de l’ancien président Ben Ali, serait contraint de céder au gouvernement de transition sa part de 51% dans Orange Tunisie. Comment va réagir France Telecom qui détient le reste du capital ?

Orange Tunisie partiellement nationalisé ? C’est l’hypothèse exprimée par la section syndicale CFE-CGC-Unsa chez le groupe France – Telecom Orange à travers un communiqué diffusé dimanche.

Vendredi, le gouvernement tunisien de transition a annoncé des saisies de biens concernant une centaine de personnes figurant dans le premier cercles des relations de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali.

Son gendre Marwan Mabrouk figurerait dans cette liste et il est actionnaire à 51% d’Orange Tunisie (les 49% restant appartiennent au groupe France Telecom – Orange).

Tout va très vite. Interrogé par Challenges début février, Marwan Mabrouk assurait qu’il n’y aurait “aucun changement” dans ces participations industrielles, y compris sa position dans Orange Tunisie.

Du coup, la section syndicale CFE-CGC-Unsa considère qu’il s’agit de facto d’une “nationalisation partielle d’Orange Tunisie” (1100 salariés, 800 000 clients) ?

La direction de France Telecom – Orange n’a pas réagi officiellement dimanche soir. Mais on sait qu’elle suit ce dossier avec une grande attention, tout comme l’évolution de la situation en Egypte (pays dans lequel elle détient également des intérêts stratégiques).

Lors de la publication des résultats financiers 2010 de l’opérateur en date du 24 février, Gervais Pellissier, Directeur Général Adjoint et Directeur financier, a déclaré que “les activités de France Télécom en Tunisie ont globalement retrouvé un fonctionnement normal.” après une période de turbulence liée à la situation globale du pays.

Néanmoins, “nous surveillons attentivement la situation, en particulier si les autorités tunisiennes devaient aujourd’hui souhaiter regarder la façon dont ces actionnaires ont pu acquérir leurs biens”, a-t-il précisé.

Avec le recul, on peut dire que les craintes étaient fondées…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur