Orange viserait Bouygues Telecom : à la croisée des chemins

BourseEntrepriseFusions-acquisitions
stephane-richard-orange
2 3

Des hypothèses de rapprochement sont émises entre Orange et Bouygues Telecom (voire TF1). Mais, en coulisse, ça s’agite dans tous les sens.

Les rumeurs de rapprochement entre Orange, Bouygues Telecom voire TF1 se sont amplifiées après une première alerte donnée lundi soir par Bloomberg.

Même si les principales parties démentent de telles manœuvres. Le groupe Bouygues avait contre-attaqué en premier mardi pour rejeter cette hypothèse de consolidation en bloc.

Jeudi, à l’occasion d’une audition devant le CSA, Nonce Paolini, P-DG de TF1 qui passera le relais à Gilles Pélisson en février 2016, a assuré qu’il n’y avait « aucune discussion » dans ce sens.

« On ne voit pas très bien ce que TF1 viendrait faire dans un éventuel rapprochement avec Orange », selon les propos retranscrits par Reuters.

Pourtant, le groupe télécoms de Stéphane Richard semble montrer à nouveau une certaine appétence vis-à-vis de Bouygues Telecom et pourquoi pas TF1.

Même si ce rapprochement attirerait forcément l’attention des autorités de régulation. Y compris européenne.

Selon Reuters, ce sujet a été évoqué par Stéphane Richard lors d’un séminaire réunissant les membres du conseil d’administration et du comité exécutif d’Orange qui s’est déroulé lundi (7 décembre).

Les contacts entre Bouygues et Orange auraient repris juste après le processus d’enchères pour l’attribution des blocs de fréquences 700 MHz supervisé par l’ARCEP.

C’est inattendu : BFM Business révèle aussi l’implication de Vivendi qui tournerait autour d’Orange.

Sous quel angle ? Le groupe de Vincent Bolloré apporterait à Orange sa participation de 20% dans Telecom Italia. « En pratique, les 20% de Telecom Italia valant aujourd’hui 3,4 milliards d’euros, Vivendi hériterait ainsi d’environ 8% du capital d’Orange », selon la chaîne d’information économique en continu.

Quelle serait la position du gouvernement, actionnaire direct d’Orange (à hauteur de 13,5%) ? Jeudi, le ministre de l’Economie Emmanuel Macron a déclaré qu’il ne serait « pas opposé par principe à une réduction du nombre d’opérateurs télécoms en France ».

(Crédit photo : Copyright : © François Maréchal pour Orange)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur