OS X 10.9.3 : Apple améliore la stabilité entre VPN et 4K

Cloud
apple-os-x-10-9-3-mavericks

Support amélioré de la 4K, stabilité des connexions VPN et correctifs de sécurité sont les principales nouveautés d’OS X 10.9.3 “Mavericks”, publié ce jeudi en version finale.

Après une longue période de bêta marquée par la diffusion de 9 moutures préliminaires, OS X 10.9.3 “Mavericks” est disponible en version finale.

Apple diffuse depuis ce jeudi cette mise à jour de son système d’exploitation desktop – 461,7 Mo à télécharger – qui améliore notamment la prise en charge de la résolution 4K sur les dernières générations du Mac Pro et du MacBook Pro 15 pouces à écran Retina, lancées fin 2013. Outre une mise à niveau du navigateur Web Safari, qui passe en version 7.0.3 avec plusieurs vulnérabilités corrigées (le patch avait déjà été diffusé le mois dernier), on note le retour de la synchronisation par USB pour les contacts et calendriers entre un Mac et un terminal iOS.

OS X 10.9.3 apporte également des améliorations en matière de stabilité, pour les connexions VPN sur protocole IPsec, la manipulation de dossiers sur des réseaux locaux et la connexion en domaines Active Directory. Même constat pour l’ouverture, la copie et l’édition des permissions de fichiers sur les partages SMB. Le conflit qui empêchait l’installation de polices PostScript Type 1 avec Font Book est par ailleurs résolu.

Comme à l’accoutumée, il est vivement recommandé d’effectuer une sauvegarde complète du système avant l’installation. Et de ne surtout pas interrompre le processus une fois qu’il est lancé.

Cette mise à niveau intervient moins d’un mois après le lancement du programme OS X Beta Seed, à travers lequel la firme a étendu la disponibilité des préversions de son système d’exploitation à tous les utilisateurs, sans nécessité de posséder un compte développeur, de payer ou d’être invité.

Tout détenteur d’un ordinateur Apple peut désormais accéder aux moutures alpha et bêta d’OS X, à condition d’être majeur (18 ans dans la plupart des pays)… et de s’engager à ne pas dévoiler les nouveautés avant la sortie officielle de la version finale. En d’autres termes, pas de captures d’écran, d’installation sur une machine dont on n’a pas le contrôle total, de décompilation du code source ou encore de techniques de “reverse engineering”.

Les utilisateurs pourront faire part de leurs impressions via un client “Feedback” spécifiquement implémenté dans le Dock de ces préversions. Apple peut également collecter des informations par mail ou encore via des formulaires et questionnaires Web. La firme se réserve également le droit d’étudier, via un mouchard, les caractéristiques hardware des ordinateurs, les logiciels les plus utilisés… en attendant la présentation – probablement début juin – du successeur de Mavericks.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous l’histoire d’Apple ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur