Outils de filtrage grand public : des résultats en trompe-l’oeil

Cloud

Les derniers tests officiels des logiciels destinés à protéger les enfants sur Internet montrent une amélioration. La vérité est un peu différente…

(Rectification en date du 11/03/08) Parents, dormez tranquille ! Les logiciels de filtrage destinés à protéger les mineurs des contenus inappropriés lorsqu’ils surfent sur Internet sont en constante amélioration.

C’est en tout cas ce que les résultats des tests menés par l’association e-Enfance, en partenariat avec IP Label, et financés par la Délégation Interministérielle à la Famille (DIF), ainsi que par la Délégation aux Usages de l’Internet (DUI), pourraient faire croire.

“Très bon filtrage des sites de pornographie (dure ou déviante) puisqu’il avoisine 80%” ; “Les sites de jeux d’argent sont, pour la première fois depuis 2006, très bien filtrés puisqu’ils sont en moyenne à 80% bloqués” ; “Les sites violents sont nettement mieux filtrés que lors des précédents tests… “, peut-on ainsi lire dans le communiqué de presse publié par e-Enfance.

La réalité apparaît toute différente si l’on prend la peine de se plonger dans le détail des tests. Ceux-ci sont réalisés dans le cadre du suivi de l’engagement pris en novembre 2005 par les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) français de proposer à tous leurs abonnés des logiciels de filtrage “gratuits et performants”.

Entrons dans les coulisses des critères

Ces tests prennent en compte 22 critères définis en commun avec les FAI et portant sur trois caractéristiques : la qualité de la liste blanche (voir encadré sur les différentes options de filtrage) destinée à protéger les jeunes enfants, celle de liste noire destinée aux adolescents et la facilité d’utilisation du logiciel par les parents.

En novembre 2005, ces logiciels étaient très compliqués à installer et à paramétrer. Aussi, pour inciter les FAI à faire pression sur les éditeurs de ces logiciels (Xooloo, F Secure, Optenet… ) afin que ces derniers améliorent l’ergonomie de leurs produits, une part de 35% avait été affectée à ce critère dans la note globale de chaque filtre. La liste blanche n’avait reçu que 20% et la liste noire 45%. Résultat : l’ergonomie de tous les produits ayant été revue, tous les FAI obtiennent la moyenne, même si les autres critères n’ont pas suivi !

Ainsi, pour la liste blanche, tous les FAI (sauf Numericable qui est “bon” sur ce point, grâce à Xooloo) sont “mauvais” (Orange, SFR, Alice et Neuf), voire carrément “très mauvais” (Free, Club Internet, Télé 2 et Darty) ! Or, si une population doit être absolument protégée contre les contenus inappropriés, ce sont bien les jeunes enfants, à qui justement ces listes blanches s’adressent!

“Révision de la grille demandée”

Tout le monde semble d’accord là-dessus (aucun représentant de la DIF n’a pu être joint par Vnunet.fr). “Cette grille d’analyse et de pondération est absolument scandaleuse, finit par admettre Christine du Fretay, présidente (bénévole) de l’association e-Enfance. J’ai demandé à ce qu’elle soit revue, pour l’instant, ce n’est pas d’actualité.”

(lire la suite page suivante)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur