P. Nicolas (SNIA): “Le disque électronique pourrait s’élever au niveau du stockage primaire”

Cloud

Bilan de l’édition 2008 du Storage Networking World Europe avec l’un des portes-paroles de la Storage Networking Industry Association.

Le stockage connaît-il la crise ? Le Storage Networking World (SNW) Europe, organisé par la Storage Networking Industry Association (SNIA) sur trois jours (du 27 au 29 octobre) au Palais des Congrès de Francfort, a permis de faire le point sur les nouvelles tendances (SSD, déduplication de données, le “cloud storage”, thin provisioning… ). A la suite de cet événement européen orienté gestion du stockage et des données qui a attiré 1400 visiteurs, Vnunet.fr a interrogé Philippe Nicolas, Chairman et fondateur du comité régional français de la SNIA Europe et Directeur de la SNIA Europe (Interview réalisée le 3 novembre 2008).

Vnunet.fr: Quelles grandes tendances dégagez-vous dans le domaine du stockage ?
Philippe Nicolas: L’évolution de la partie stockage dans le datacenter a fait l’objet d’une attention particulière. C’est la confirmation d’un nouveau protocole d’échange de données au sein du data center : FCOE (Fiber Channel Over Ethernet). Il s’agit de faire converger à la fois des infrastructures existantes et de rapprocher les protocoles entre eux pour des raisons de coûts. La Fibre Channel et l’Ethernet sont déjà bien établis dans le centre de données. Mais l’Ethernet de ce futur protocole ne ressemble pas au précédent. L’idée est de faire converger les échanges de données entre machines d’un côté et les échanges de données entre serveurs et les unités de stockage. En prolongement de la thématique du datacenter, une deuxième grande tendance s’est confirmée: le SSD ou disque électronique avec un certain nombre de déclinaisons technologiques (Nand, flash… ).

Vnunet.fr: Quels avantages percevez-vous à travers la technologie SSD ?
Philippe Nicolas: En septembre, la SNA a lancé une initiative dans le sens d’un effort de standardisation autour du SSD : la Solid State Storage Initiative regroupe la majorité des acteurs qui s’impliquent dans cette nouvelle approche du stockage. Elle permet de relever certains défis d’un point de vue industriel, de consommation électrique (“green initiative”), d’optimisation du data center. Car qui dit stocker plus, dit dégradation naturelle des performances d’entrée/sortie. Nous entrons dans une nouvelle ère avec la technologie SSD qui semble très prometteuse.

Vnunet.fr: Pour quels usages la technologie SSD pourrait percer ?
Philippe Nicolas: C’est une réflexion anticipative par rapport au glissement de marché que je perçois : le disque électronique pourrait se hausser au niveau du stockage primaire. Le disque tel qu’on le connaît actuellement pourrait s’orienter vers le back-up. Bien sûr, c’est reconnu comme support de stockage primaire avec des technologies importantes permettant d’atteindre 15 000  tours. Mais il pourrait se développer sous un aspect plus secondaire en arrivant dans la sauvegarde voire l’archivage… Ces dernières années, l’archivage actif, qui est en ligne et disponible avec des techniques d’indexation de contenus, est arrivé sur le marché. La dimension Information Life Management est aussi apparue : la capacité de gérer le cycle de vie de l’information et d’évacuer les données désuettes sur des supports secondaires moins coûteux. Jusqu’ici, l’archivage était réalisé sur bande. Malgré une base installée importante dans l’industrie, la bande pourrait faire l’objet d’un usage décalé : elle ne serait plus destinée à faire de la sauvegarde mais plutôt de l’archivage long terme ou mi-profond.

Lire la fin de l’interview page suivante


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur