P2P : le fondateur de l’annuaire Ledivx.com s’en tire à bon compte

Cloud

Fondateur de l’annuaire de liens P2P Ledivx.com, Kevin Hanon écope de deux mois de prison avec sursis et d’un euro symbolique à régler à chacune des six majors américaines qui l’ont traîné en justice pour contribution au piratage de centaines de films.

Alors qu’il encourait jusqu’à un million d’euros de dommages et intérêts pour contribution au piratage de contenus audiovisuels, Kevin Hanon, fondateur de l’annuaire de liens P2P Ledivx.com, est condamné à deux mois de prison avec sursis. Il devra également s’acquitter d’un euro symbolique auprès de chacune des six majors américaines qui l’ont traîné en justice.

Après une comparution initiale, le 8 septembre dernier devant le tribunal correctionnel d’Angoulême, le procureur avait requis deux ans d’incarcération à l’encontre de l’incriminé.

Placé en délibéré au 18 octobre, le verdict a finalement épargné le jeune homme de 21 ans, sans emploi, marié et père d’un enfant.

L’intéressé écope en tout et pour tout d’un court séjour au frais et d’une sanction financière négligeable : un euro dû à chacun des studios qui avaient lancé un recours à son encontre, en 2010.

En cause, la mise à disposition sur Ledivx.com de plusieurs centaines de liens redirigeant vers des films téléchargeables en peer-to-peer (P2P).

Ouvert en 2006, le site a oeuvré près de cinq ans en continu, référençant jusqu’à 1587 contenus. La pression conjointe de Columbia, Disney, Paramount, Tristar, 20th Century Fox et de la Warner avait eu raison de son activité en mai 2010.

Les plaignants réclamaient 987 000 euros dommages et intérêts, pour un préjudice estimé à 52 millions d’euros.

Pour sa part, la défense évoquait “une simple redirection” et non l’hébergement des fichiers mis en jeu.

Je ne fournissais pas le contenu. Les gens devaient avoir un logiciel qu’il fallait installer pour pouvoir télécharger un film“, martelait ainsi Kevin Hanon, qui reconnaissait toutefois avoir tiré “jusqu’à 800 euros [de revenus publicitaires] dans les derniers mois“.

Si le quotidien Sud-Ouest s’est fait l’écho des réjouissances consécutives à ce verdict des plus clément, il n’est pas exclu que les majors déboutées fassent appel.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur