P2P : le piratage de films plus populaire que jamais

Cloud

Selon une étude de Solutions Research Group, le téléchargement illégal a
toujours le vent en poupe. Dur à encaisser pour la RIAA.

Une étude récente menée sur les plates-formes en ligne de partage de fichiers a révélé que le piratage sur Internet n’a cessé de gagner en popularité. Les données recueillies par Solutions Research Group révèlent en effet que le nombre de personnes utilisant des systèmes de partage de fichiers P2P a doublé entre 2005 et 2006.

Près d’un citoyen américain sur cinq a déjà piraté des films sur son ordinateur, et plus des deux tiers d’entre eux ont téléchargé une vidéo au moins une fois par mois. “On observe un effet Robin des Bois. La plupart des utilisateurs perçoivent les célébrités et les studios cinématographiques comme des populations suffisamment fortunées et estiment par conséquent que le téléchargement de films ne pose aucun problème“, a déclaré le directeur de l’étude Kaan Yigit.

Les services actuels de cinéma sur Internet du type ‘download to own’ (le principe de télécharger pour acquérir un film) mais aussi les plates-formes futures devraient offrir une meilleure flexibilité d’utilisation, un plus large choix et des prix plus attractifs pour encourager les utilisateurs actuels à utiliser leurs services. Dans le cas contraire, le partage des fichiers dans l’illégalité poursuivra sa croissance.

L’étude a révélé que 80% des personnes adeptes du téléchargement utilisaient uniquement des sites de partage P2P, au détriment des services de téléchargement légaux. Seuls 40% d’entre eux pensent que le téléchargement de films sous licence est “un grave délit“. A titre de comparaison, 58% pensent que le fait de se garer sur une voie d’arrêt d’urgence constitue un “grave délit“.

Cette analyse risque de faire l’effet d’un électrochoc à des organismes tels que la RIAA (Recording Industry Association of America), convaincue que les poursuites judiciaires engagées à l’encontre des utilisateurs adaptes du tél échargement avait réduit l’ampleur de ces pratiques.

L’étude menée par le Solutions Research Group a été réalisée entre les mois de juin et de septembre 2006 sur un panel de
2600 citoyens américains.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 29 janvier 2007


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur