Packs ADSL : pas de réelle concurrence

Cloud

Les offres ADSL grand public concurrentes à Netissimo apparaissent timidement, notamment à travers les packs modem USB. Si Wanadoo, Club-Internet et, prochainement, Infonie, lancent leurs offres, celles-ci ne diffèrent que de quelques francs. Et pour cause : France Télécom impose son matériel et ses tarifs. Pas de réelle concurrence, donc, mais la nécessité d’occuper le terrain en attendant un véritable dégroupage de la boucle locale.

Après Club-Internet et Wanadoo, c’est au tour d’Infonie de lancer un pack ADSL tout compris. Autrement dit, une offre où l’utilisateur installe son modem ADSL USB aussi simplement qu’il branchait son bon vieux modem RTC. Sauf que justement, ce n’est pas si simple. Si le client n’a plus à s’abonner à Netissimo, les offres ADSL alternatives s’appuient encore techniquement sur le service de base de France Télécom. Transparent pour l’acquéreur du pack ADSL, cette solution pose un problème de compatibilité selon les points d’accès. En effet, les DSLAM et autre BAS (les armoires où s’effectuent la séparation des flux voix et données) sont équipés de matériel Alcatel ou ECI. Matériel incompatible entre eux. Si bien qu’un usager qui investit dans un pack ADSL doit s’assurer que le modem qu’il va acquérir est fourni par le même constructeur que celui qui fabrique le matériel qui équipe son central téléphonique. Sinon, ça ne fonctionne tout simplement pas. Actuellement, seul le modem Alcatel SpeedTouch, (dit “Manta” pour son design en forme de raie manta) est commercialisé. Ca tombe bien, Alcatel équipe entre 70 et 80 % des points d’accès ADSL en France. Les modems ECI devraient être agréés par France Télécom dans les prochaines semaines.

Donc, aujourd’hui, les utilisateurs branchés sur des “plaques” ECI n’ont pas encore le droit aux packs USB. Seule solution pour eux, utiliser un modem relié à une carte Ethernet. Wanadoo, qui commercialise ses packs ADSL dans les agences France Télécom, limite la distribution à Paris intra-muros, Lyon, Nantes, Toulouse, Lille et Strasbourg. Pour plus de sécurité, l’agent qui vend le pack est sensé vérifier si la ligne téléphonique de l’usager aboutit bien à un central “Alcatel”. Un délai de 15 jours est nécessaire entre l’achat du pack et l’ouverture de la ligne ADSL. Chez Club-Internet, c’est l’inverse. Uniquement commercialisé en ligne, le service technique de la filiale de T-Online se charge de vérifier l’état de la connexion du futur abonné avant de livrer ? ou de ne pas livrer ? le pack. Chez Infonie, c’est encore l’inconnu. S’il est déjà possible de réserver son pack en ligne, aucun délai de livraison n’y est précisé. La société devrait donner plus de précisions en fin de semaine.

Des tarifs quasi-identiques pour tout le monde

Si Infonie s’est un peu précipité, c’est certainement dans l’espoir de capter les premiers usagers “grand public” de l’ADSL plus que pour se distinguer. Car les offres et conditions commerciales de ces trois FAI ne diffèrent que de quelques francs. Le matériel (le modem ADSL Alcatel) commun est commercialisé à 990 francs dans tous les cas. Ensuite, seul l’abonnement mensuel varie : 295 francs pour Club-Internet, 298 francs pour Wanadoo et, probablement, 299 francs pour Infonie. Certes, c’est quasiment trois fois plus qu’un forfait 20 heures en RTC mais c’est plus avantageux que l’offre Netissimo 1 à 317,42 francs (avec la location du modem mais sans l’abonnement à un FAI).

Le principal avantage des packs réside dans leur facilité d’installation. Celle-ci ne pose pas de problème particulier à condition de raccorder des filtres voix/données sous forme de prises gigognes sur chacune des prises téléphoniques du numéro sur lequel sera ouverte la ligne ADSL. En général, 3 de ces filtres sont inclus dans le pack. Ensuite, il suffit d’installer les drivers livrés sur le CD d’installation avant de brancher le modem USB. Détail à noter pour les utilisateurs Mac, des pilotes pour leu machine sont officiellement disponibles depuis le 8 février dernier. Des drivers Linux sont attendus pour mars (voir édition du 14 février 2001).

La vraie concurrence sur l’ADSL ne débutera qu’en 2002

On le voit, les offres ADSL concurrentes à Netissimo n’apparaissent que timidement. Le problème principal, dont se plaignent tous les opérateurs, c’est que, finalement, l’ADSL n’est pas une norme entièrement “terminée”. D’où les incompatibilités entre certains matériels. Du coup, un ADSL “standard”, où l’utilisateur achèterait un modem ADSL indépendamment du fournisseur d’accès, n’est pas attendu avant six mois au mieux. Difficile d’annoncer une date quant à une véritable offre concurrente sur la boucle locale. Philippe Desquesses, responsable du déploiement ADSL chez Club-Internet, avance prudemment que Siris, l’opérateur télécom sur lequel T-Online s’appuiera pour offrir un ADSL concurrent de bout en bout à France Télécom, ne sera pas effectif avant début 2002. Le basculement de réseau devrait être transparent pour l’usager qui s’abonne aujourd’hui à l’ADSL. Espérons que les problèmes techniques qui en découleront seront, eux aussi, transparents.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur