Paiement électronique : Alibaba bloqué dans son projet de rachat de MoneyGram

E-paiementEntrepriseFusions-acquisitionsMarketing
cfius-moneygram-ant-financial

Par le biais du CFIUS, l’administration fédérale rejette le projet de rapprochement entre l’américain MoneyGram et le chinois Alibaba. Les deux parties concernées jettent l’éponge.

Le rapprochement entre MoneyGram International et Ant Financial Services est bloqué aux Etats-Unis. Pour des questions de règlementation d’investissement jugé trop sensible et sur fond de tension géopolitique.

Le spécialiste américain des paiements électroniques et des transferts d’argent était convoité par la branche des services financiers du groupe e-commerce chinois Alibaba.

En janvier 2017, une offre d’une valeur globale de 1,2 milliard de dollars avait été émise et annoncée officiellement.

Mais, presqu’un an plus tard, les deux parties préfèrent désormais abandonner cette piste de fusion en raison du véto mis par le Comité sur les investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS).

Cette instance fédérale, rattachée au Trésor américain, étudie les dossiers d’acquisitions stratégiques d’actifs de groupes américains par des multinationales.

Elle a la capacité de bloquer des opérations de rapprochement jugées trop sensibles en évoquant des raisons de sécurité nationale.

Faute d’approbation du CFIUS, MoneyGram et Ant Financial Services préfèrent jeter l’éponge. Néanmoins, ils projettent d’ériger des passerelles de services commerciaux développées en commun, selon le communiqué des parties intéressées.

Le vent a tourné

“L’environnement géopolitique a considérablement changé depuis que nous avons annoncé la transaction proposée avec Ant Financial il y a presque un an”, évoque Alex Holmes, CEO de MoneyGram.

Le 10 janvier, Jack Ma, CEO et fondateur du groupe Alibaba, avait rendu visite à Donald Trump à New York juste avant son investiture en tant que Président des Etats-Unis.

Cette connivence affichée n’a visiblement pas suffi pour lever les obstacles règlementaires alors que les rapports entre la Chine et les USA sont tendus.

“Nous continuerons d’établir de nouveaux partenariats et de rechercher de nouvelles opportunités qui nous permettra de délivrer des services innovants à notre écosystème”, évoque de son côté Doug Feagin, President d’Ant Financial International.

En raison de l’accord désormais caduque de fusion, Ant Financial devra verser à MoneyGram une compensation financière de 30 millions de dollars.

(Crédit photo : logos Ant Financial / MoneyGram)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur