Paiement mobile : SumUp fusionne avec Payleven

E-paiementEntrepriseFusions-acquisitionsMarketingStart-up
fusion-sumup-payleven
1 11

Avec le rapprochement de SumUp (Royaume-Uni) et Payleven (Allemagne), on perçoit un début de consolidation dans les solutions mobiles de paiement (mPOS).

En attendant l’éventuelle arrivée de l’Américain Square en Europe, le marché des fournisseurs de solutions de paiement mobile commence à se consolider avec le rapprochement entre SumUp (d’origine britannique, soutenu par la banque espagnole BBVA) et Payleven (d’origine allemande, soutenu par le groupe d’incubation Rocket Internet).

Sachant que les deux sociétés avaient pris une envergure internationale.

Dans ce qui est présenté comme une fusion, l’avantage tourne en faveur de SumUp. Certes, les deux services vont continuer à être exploité en parallèle (au moins dans un premier temps).

Le nouvel ensemble conservera le nom SumUp (dénomination sociale et marque commerciale) et Daniel Klein, fondateur de la société britannique, décroche le poste de CEO.

Mais Konstantin Wolff, co-fondateur de Payleven, va prendre les fonctions de directeur marketing dans la nouvelle configuration.

Le duo Payleven – SumUp revendique un million de clients BtoB (TPE-PME, artisans, commerçants…) et prend en charge un volume de transaction de l’ordre du milliard d’euros dans une quinzaine de pays.

Les deux sociétés avaient lancé leur business mPOS à la même période. SumUp avait pris position en août 2012.

Soutenu par un pool d’investisseurs incluant BBVA Ventures, Groupon et Venture Incubator AG (presque 45 millions de dollars engrangés), la start-up avait pris position sur une quinzaine de marchés, notamment en Allemagne, au Brésil et aux Etats-Unis (et en France).

De son côté, Payleven s’était attaqué à une dizaine de marchés comme le Royaume-Uni (marché domestique de SumUp), les Pays-Bas et aussi le Brésil et la France.

Au-delà du soutien de Rocket Internet, Payleven a obtenu des fonds émanant de Holtzbrinck Ventures et Seventure Partners (filiale de Natixis, groupe BPCE) pour un montant global de 51 millions de dollars (dont 10 millions encore décrochés en février dernier).

En Europe, la concurrence demeure féroce entre fournisseur de solutions de paiement mobile. On trouve d’autres acteurs comme iZettle (Suède), mPowa (Royaume-Unis) ou Smile&Pay (France).

Sans compter sur les solutions développées par les fabricants de terminaux de paiement électronique et les réseaux de banques…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur