Paiement mobile : Visa va aiguiller Swatch

E-paiementMarketingMobilité
swatch-visa
2 9

Visa va accompagner le lancement, en Suisse et aux États-Unis, de la montre Swatch Bellamy, qui embarque une fonction de paiement mobile.

Le brouillard se dissipe autour de la commercialisation, en Suisse et aux États-Unis, de la Swatch Bellamy, cette montre analogique qui embarque une technologie de paiement mobile.

Conformément à la feuille de route annoncée à la mi-octobre lors de l’officialisation du produit, la disponibilité dans ces deux pays est fixée au 1er trimestre 2016.

Pour le lancement en Suisse, il était question d’un accord avec une banque locale et avec « un partenaire spécialisé dans les transactions sécurisées ».

Ce partenaire semble devoir être Visa. C’est tout du moins ce qu’affirme le quotidien Le Temps, auquel s’est confié Nick Hayek. Le CEO de Swatch n’en a pas dit beaucoup plus, sinon que le paiement sans contact ne serait pas étendu aux autres marques du groupe, telles que Tissot et Omega.

Présentée comme une smartwatch « pay-by-the-wrist » (paiement par le poignet), la Bellamy* fonctionne comme une carte prépayée rechargeable, entre autres, via un compte en banque. Elle est déjà accessible en Chine au tarif de 580 yuans, soit l’équivalent d’environ 80 euros… mais le paiement mobile n’est pas encore exploitable.

Il faudra attendre le mois de janvier, en partenariat avec l’institut bancaire Bank of Communications, qui dispose d’un vaste réseau d’agences dans le pays. Il sera possible d’effectuer des achats dans les magasins équipés de terminaux certifiés par l’organisme China UnionPay, qui détient, à l’échelle nationale, le quasi-monopole des cartes de paiement.

Swatch a ses raisons pour privilégier la Chine. En valeur, le pays concentre 50 % du marché mondial des montres, d’après les mesures de la société d’investissement Exane BNP Paribas.

Plus globalement, le potentiel des montres connectées s’illustre dans les estimations du groupe financier CitiGroup, qui évoque un marché à 10 milliards de dollars en 2018, dont 50 % pour des fabricants « traditionnels » qui auront pris le virage technologique… en s’appuyant notamment sur les acteurs du m-paiement.

* Bellamy, du nom d’un écrivain américain auteur du roman utopique « Cent ans après où l’An 2000 », publié en 1888 et dans lequel il décrit une société du XXIe siècle utilisant des cartes de paiement en remplacement de la monnaie fiduciaire.

Crédit photo : Swatch


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur