Panasonic inaugure le club des smartphones anonymes

MobilitéOS mobiles
smartphone Panasonic NFC 3D

Absent de marque sur le marché européen de la téléphonie mobile, Panasonic relègue les téléviseurs au second plan pour signer un retour sur le marché des smartphones par la petite porte, six ans après ses éphémères adieux.

Absent de longue date dans l’épopée de la téléphonie mobile sur le Vieux Continent, Panasonic reprend des couleurs pour se présenter sur une scène abandonnée en 2005.

Le constructeur nippon mise sur une gamme de smartphones Android pour faire de l’Europe le tremplin d’une exportation de ses terminaux à l’international.

Lever de rideau sur un Soleil levant en berne, Panasonic paie les pots cassés d’une stratégie réorientée à mauvais propos vers le marché des téléviseurs, en perte de vitesse sur cette fin d’exercice 2011.

Victime de ses ambitions, le groupe basé à Osaka emboîte le pas à son compatriote Sharp, qui a lui aussi cédé à l’appel de l’Occident, avec son Aquos Phone, maître dans l’art de la 3D (et testé par ITespresso.fr).

Expatrié après un retour en terre natale, le fabricant anciennement connu sous la marque Matsushita surfe sur la vague d’Android Ice Cream Sandwich pour décréter l’intronisation de ses smartphones en mars prochain.

Comme l’explique toutefois Le Figaro, le zen japonais impose patience et longueur de temps. Il n’est point de précipitation chez Panasonic, qui distillées au compte-goutte les caractéristiques aguicheuses de ses protégés.

Sorti depuis belle lurette de la cour des grands, l’intéressé joue petit et s’insère dans le coeur du marché. En témoigne cet écran OLED de 4,3 pouces, en passe de s’imposer comme un standard en la matière.

Pour autant, quelques atouts peu communs retiennent l’attention. C’est le cas de cette protection antipoussière et cette immunité avérée face aux projections de substances liquides.

Les quelques clichés présentés pour l’occasion n’en laissent guère plus entrevoir. Tout au plus le capteur dorsal embarquerait-il une technologie CMOS, pour une définition à 8 millions de pixels.

Objectif avoué de Laurent Roussel (à la tête de la branche française de Panasonic), la vente d’un million et demi d’unités en Europe impliquera une redéfinition stratégique, à l’heure où la résurgence des systèmes mobiles Windows complique la donne.

En parallèle, iOS et Android poursuivent leur ascension vers les sommets, si bien que le consommateur lui-même ne sait plus où donner de la tête.

En qualité d’énièmes ambassadeurs du NFC (protocole de communication à très courte portée), ces anonymes de la téléphonie mobile parviendront-ils à honorer leur statut de pierre angulaire ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur