Panasonic au Mobile World Congress : il n’y a pas que les tablettes

MarketingMobilitéOS mobilesPublicitéTablettes
panasonic-mwc-2016
7 8

MWC 2016 : Panasonic fait le point sur son offre de produits et services connectés, avec un focus sur les espaces publics et le secteur de l’automobile.

Le Mobile World Congress, occasion idéale pour faire le point sur le développement et la commercialisation d’offres annoncées au cours de l’année 2015 ?

Panasonic aborde l’événement sous cet angle. Le groupe japonais d’électronique a déballé des valises chargées de produits et services connectés destinés au secteur de l’automobile, aux espaces publics et à la sécurité.

Il est également revenu sur son accord signé l’an passé avec Ficosa.

Panasonic possède désormais 49 % du capital de cet équipementier espagnol spécialisé dans les systèmes de connectivité pour les véhicules… et qui présente, dans le cadre du MWC, la nouvelle génération de son « Smart Connectivity Module ».

Celui-ci fonctionne comme un routeur 4G redistribuant la connexion en Wi-Fi vers plusieurs appareils en simultané. Les constructeurs peuvent modifier l’interface pour intégrer des applications. On peut aussi y coupler un module V2X permettant la communication entre véhicules.

Marketing connecté

Du côté de la division Automotive de Panasonic, on met à jour la plate-forme OneConnect, sur laquelle se base notamment Personal Radio, un service d’écoute de musique avec sélection personnalisée d’actualités, intégré dans « plus de 5 millions de véhicules de 20 marques ».

La mise à jour consiste principalement en l’ajout d’un service d’actions de fidélisation. Les constructeurs et les marques vont pouvoir exploiter le système d’infotainment pour délivrer, via des notifications sonores, du « contenu approprié » et des « informations de contexte » (alerte mise à jour, rappel de rendez-vous…) aux conducteurs.

Panasonic revient aussi sur les avancées de sa technologie Light ID, qui relie les smartphones aux écrans d’affichage dynamique, la communication de données s’effectuant grâce aux clignotement des LED, invisible à l’œil humain.

Le dispositif s’appuie sur une application mobile dédiée et sur un panneau blanc qui peut être installé en tant que rétroéclairage. On nous annonce une capacité de transfert de plusieurs kilobits par seconde, suffisant pour diffuser de l’information en mode multilingue dans des musées et des lieux publics. Ou mener des actions marketing.

Autre offre annoncée en 2015 : la caméra de surveillance mobile Nubo, connectée en 4G, dotée d’un microphone et utilisable par alimentation USB. Les réservations débutent actuellement, pour une disponibilité commerciale au printemps.

Des mini-tablettes

Panasonic, c’est aussi une offre de tablettes. La gamme durcie Toughpad s’enrichit de deux modèles de 4,7 pouces (1 280 x 720 pixels) qui partagent la même base hardware, mais pas le même OS : Android 5.1.1 (avec Android for Work) pour la FZ-N1, annoncé à partir de 1 715 euros HT ; Windows 10 IoT Enterprise pour la FZ-F1, à partir de 1 746 euros HT.

Bien que présentés comme des tablettes, les deux terminaux peuvent tout à fait passer des appels – ils disposent de deux emplacements SIM, un seul pouvant être actif à la fois.

On notera la présence, à l’arrière, d’un lecteur de codes-barres incliné ; ce qui, selon Panasonic, évite d’avoir à plier le coude ou le poignet pour scanner.

On est bel et bien sur une offre durcie : 277 g pour 16,3 mm d’épaisseur. Sous le capot, on trouve un SoC Qualcomm Snapdragon MSM8974AB (4 cœurs à 2,3 GHz), 2 Go de RAM, 16 Go pour le stockage (port microSD disponible) et une batterie dont l’autonomie est annoncée à 8 heures.

Une batterie optionnelle est disponible au même titre qu’une sangle, un dock, un étui, une baie de chargement et une station d’accueil pour véhicules.

panasonic-toughpad-mwc-2016

Crédit photos : Panasonic


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur