Panther ouvre la porte des entreprises à Apple

Cloud

Truffée de fonctions destinées à faciliter la vie des particuliers, la prochaine version du système d’exploitation du constructeur de Mac devrait aussi satisfaire les entreprises et les administrations. Apple pourrait ainsi s’en servir pour pénétrer ces marchés.

Encore quelques jours à patienter avant la commercialisation de la nouvelle version de Mac OS X, la troisième version d’importance pour le système d’exploitation de nouvelle génération d’Apple. Les rumeurs affirment que Mac OS X 10.3, encore appelé Panther par la firme de Cupertino (voir édition du 27 juin 2003), se trouve actuellement dans sa toute dernière phase de préparation. Et si les bruits de couloirs divergent sur les finitions (cosmétiques pour les uns, concernant quelques éléments clés, comme le système de fichiers, pour les autres), il semble que Steve Jobs en fera une présentation complète à l’occasion de l’Apple Expo. Cette nouvelle version de Mac OS X apparaît comme un outil tout autant destiné aux particuliers qu’aux entreprises. Pour les premiers, Panther devrait se présenter comme une partie de plaisir : plus vif, plus dynamique, plus intuitif, il est également moins clinquant et globalement plus convivial que les versions antérieures du système. Installation plus simple, intégration de périphériques Bluetooth (le site Chaosmint a publié des références de produits Bluetooth estampillés de la Pomme, voir édition du 10 juillet 2003), compression transparente au format Zip (utilisé dans Windows) des pièces jointes aux e-mails, réactivité du Finder, meilleure interaction des environnements (Classic, Carbon, Cocoa)… Panther plaira tout autant aux transfuges de Windows qu’aux migrants de Mac OS 9. Et sur une machine équipée d’un G4, sa fluidité d’utilisation est impeccable.

Mais ce sont surtout les entreprises qui devraient se régaler avec cette nouvelle version du système : si les fonctionnalités déjà implémentées ne sont pas modifiées à la dernière minute, elles devraient améliorer l’interopérabilité avec Windows. Les utilisateurs de Panther pourront ainsi naviguer sur des serveurs SMB depuis le Finder, et même stocker leur répertoire principal sur ce type de serveur. L’authentification Kerberos ainsi qu’Active Directory sont présents, tout autant que le support d’Exchange, le partage d’imprimantes entre Mac et PC sur un réseau, ou encore l’utilisation des protocoles L2TP sur IPSec et PPTP qui fourniront des connexions sécurisées sur réseau privé virtuel (VPN). La gestion de l’accès à l’ordinateur semble avoir aussi été particulièrement soignée. Certains éditeurs se sont d’ailleurs déjà rués pour mettre à jour leurs logiciels : PowerMail, Stone Studio ou le navigateur Opera (voir édition du 21 août 2003) sont compatibles avec Panther avant même sa sortie ! La vague de panique face à la recrudescence de virus pousserait même quelques sociétés dans les bras du constructeur californien. Les forums abondent de témoignages d’utilisateurs affirmant que leur directeur des systèmes d’information n’écarte plus l’option de l’acquisition de Mac. Selon Think Secret, Cisco tout autant que Sun étudieraient la question, tandis qu’Apple renforcerait ses équipes commerciales pour répondre à la demande de grands comptes. Panther pourrait également être distribué auprès des administrations américaines de la Défense (MacTeens a souligné la présence de fichiers susceptibles d’être utilisés par ces administrations).

Des applications Linux sur Mac OS X

Les entreprises et les administrations pourraient d’ailleurs bénéficier des racines Unix du système : ainsi une version définitive de X11 (elle restait jusqu’à présent encore à l’état de bêta publique) pourrait-elle être fournie avec le nouveau système (voir édition du 28 février 2003). Un représentant de la firme a confirmé devant les utilisateurs d’Unix et des systèmes ouverts d’Australie (AUUG) qu’ils pourraient avoir accès aux applications Open source par ce biais. Un kit de développement de logiciels X11 sera fourni, permettant de porter les applications Linux sur Mac OS X. A l’heure où IBM, l’un des plus gros fournisseurs des entreprises, vante les mérites de Linux et où nombre d’entre elles ont migré certains outils informatiques vers des solutions ouvertes, ces déclarations ne passent pas inaperçues. Au confluent de ces solutions, Panther pourrait être le cheval de Troie d’Apple pour entrer dans les entreprises.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur