Partage infrastructures mobiles : l’Autorité de la concurrence éconduit Free

Régulations
partage-infrastructure-mobile-autorite-concurrence-cautionne-pas-free

SFR et Bouygues négocient un partage des réseaux mobiles mais Free veut s’y joindre. Cela n’entre pas dans les prérogatives de l’Autorité de la concurrence, estime son président Bruno Lasserre.

SFR et Bouygues Telecom négocient un partage des réseaux mobiles mais Free veut s’y joindre. Cela n’entre pas dans les prérogatives de l’Autorité de la concurrence, estime son président Bruno Lasserre.

L’Autorité de la concurrence n’interviendra pas dans le dossier du partage des infrastructures mobiles en France. Un accord dans ce sens est en train d’être dessiné entre SFR et Bouygues Telecom. Un cadre devrait émerger début 2014.

Mais le groupe Iliad-Free a affiché sa volonté d’entrer dans le cadre des négociations bipartites. Et le groupe de Xavier Niel avait pris le soin d’avertir l’instance administrative indépendante en charge de veiller au respect des cadres de concurrence.

“Ce n’est pas à l’Autorité de la concurrence de définir quels partenaires sont bons ou pas pour une alliance”, a déclaré Bruno Lasserre, Président de l’Autorité de la concurrence, dans Les Echos.

“Notre rôle est de fixer les principes fondateurs. Mais nous ne sommes en aucun cas des faiseurs de rois. On se trompe si l’on espère que je vais intervenir pour forcer un mariage à trois”, considère Bruno Lasserre pour le compte du quotidien économique et financier.

Dans son courrier adressé aux parties concernées ou intéressées (comme l’Autorité de la concurrence), le groupe Iliad-Free a estimé notamment qu’un refus “nous semblerait être un facteur de déstabilisation majeur”. Tout en considérant que l’accord SFR-Bouygues Telecom “pourrait être juridiquement critiquable”.

(Credit photo : Shutterstock.com –  Copyright: federicofoto)

———————–
Quiz : Que savez-vous de la CNIL ?
———————–


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur