Partage vidéo : un marché qui réserve des surprises, selon Screen Digest

Mobilité

En 2010, plus de la moitié des contenus vidéo proviendront d’internautes
lambda aux Etats-Unis. Soit un volume global de 44 milliards de fichiers.

Le marché des contenus vidéo générés par les utilisateurs (users’ generated content, UGC) a explosé en 2006, souligne une étude récente réalisée par l’institut d’études sur les médias Screen Digest. Ce type de contenus a représenté 47% du marché de la vidéo en ligne aux Etats-Unis. En 2010, plus de la moitié (55%) de l’ensemble des contenus vidéo aux Etats-Unis seront générés par les utilisateurs, soit 44 milliards de fichiers vidéo.

Screen Digest estime que la publicité deviendra la principale source de revenus pour les sites proposant des contenus vidéo générés par les utilisateurs. Outre-Atlantique, les revenus publicitaires devraient passer le cap des 200 millions de dollars en 2006 à près de 900 millions de dollars en 2010. Mais cette perspective est à relativiser : ce chiffre d’affaires issu de l’exploitation du segment UGC ne représente actuellement que 15% du marché global de la vidéo en ligne.

Screen Digest explique que cinq modèles économiques devraient émerger pour créer de la valeur dans le marché des contenus vidéo générés par les utilisateurs : la publicité, la licence de contenus, le commerce électronique (ventes ou locations de films payants et de contenus TV), les abonnements et la licence de technologies. Mais pour l’instant, personne n’a trouvé le moyen de monétiser les fortes audiences que génèrent ces plates-formes de partage vidéo.

L’étude rappelle le fait marquant de l’année 2006 : l’acquisition par Google de YouTube pour 1,6 milliards de dollars. Elle souligne que le marché est dominé par YouTube et MySpace Vidéo, racheté en 2005 par News Corporation. Screen Digest estime que les sites plus petits doivent pouvoir proposer quelque chose de différent. Et, faute de pouvoir réellement monétiser les fichiers vidéo proposés, les services Internet qui parient sur ce type de contenu ont besoin de se diversifier pour survivre. Dans un marché en développement, Sony, Time Warner, Yahoo, Microsoft, Turner, Comcast et Viacom vont pouvoir maximiser au mieux les opportunités en 2007 et au-delà.

Reste qu’en Europe, le marché des contenus vidéo générés par les utilisateurs en est à ses débuts comparé à la maturité du marché américain. Cependant, progressivement, des déclinaisons locales de services Internet copiant des modèles comme MySpace devraient faire leur apparition sur la Toile. MySpace ne veut d’ailleurs pas raté le coche de l’implantation européenne, comme le prouve sa récente arrivée en France.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur