Pau, capitale française du très haut débit

Mobilité
Information - news

L’installation d’une liaison à 2,5 Gbit/s à l’Université de Pau précède de peu l’ouverture d’un réseau communautaire. Les Palois vont bientôt surfer à 10 Mbit/s.

Le Réseau national de télécommunications pour la technologie, l’enseignement et la recherche (RENATER), qui relie déjà 600 sites, vient de se raccorder, mercredi 31 mars 2004, à l’Université de Pau. Une liaison à 2,5 Gbit/s a été tirée par Cegetel entre Bordeaux et la porte des Pyrénées. Pour Jean-Michel Uhaldeborde, président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), cette liaison constituera “une avancée technologique majeure en ce début de 21e siècle”. Elle permet notamment de relier les chercheurs à l’ensemble des laboratoires du monde entier à très haut débit.

10 Mbit/s pour les particuliers

Les scientifiques ne seront pas les seuls Palois à bénéficier du haut débit. Le 13 avril prochain, le fournisseur IPVSET commercialisera des accès au réseau en fibre optique Pau Broadband Country. Opéré par la Société Paloise pour le Très Haut Débit (SPTHD, filiale du groupe Sagem), le réseau offrira des liaisons à 10 Mbit/s, symétriques (débits descendant et montant égaux) et garantis, commercialisées à 30 euros par mois. Ce débit pourra monter à 100 Mbit/s avec une offre destinée aux entreprises principalement.

Commercialisé dans un premier temps dans le quartier de Saragosse, la SPTHD compte ouvrir 1 000 prises optiques par mois dans l’agglomération, tandis que 37 000 prises devraient voir le jour dans les 40 prochains mois. L’objectif, à terme, étant de couvrir les zones économiques et de services publics, les lieux d’enseignement de Pau Pyrénées et 80 % des habitants de l’agglomération. L’offre s’accompagnera de services payants de téléphonie, de médias à la carte (télévision, radio, vidéo). De quoi faire bien des envieux.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur