Pause Café IT : Pourquoi Free Mobile et Xavier Niel déchaînent les passions ?

Marketing

Tentative de chronique à propos de la Freenesie mobile ambiante et sur l’opération “Restore hope” des opérateurs concurrents. Et puis, j’ai un commentaire d’un mini-sondage à caser.

Free Mobile : un nom qui a fait trembler le paysage télécoms français.

Belle entrée en matière. Jamais un opérateur n’a autant défrayé la chronique des télécoms.

Quels ressorts exploités ? Quel impact ? Quelle suite à donner ?

En s’appuyant sur le sondage récemment proposé sur ITespresso.fr qui portait sur l’impact du nouvel entrant dans la mobilité, je reviens sur les principales incidences sur les offres mobiles, le discours ambiance “Pigeons” du point de vue des consommateurs et la personnalité de Xavier Niel entre admiration, fascination et rejet.

“L’offre alléchante de Free Mobile” : succès confirmé

Depuis 15 jours, c’est la freenesie totale. Free Mobile a incontestablement réalisé un super coup médiatique avec Xavier Niel, le patron d’Iliad-Free.

Mais ce n’est pas seulement un coup de comm’. C’est aussi une rupture concrétisée par des offres simples et séduisantes dans l’ensemble.

Selon le sondage ITespresso diffusé dans la semaine du 16 au 19 janvier 2011, 38% des votants (soit 685 sur 1810 votes) ont considéré que Free Mobile marquait les esprits d’abord avec ses offres alléchantes.

La formule qui marque les esprits est celle à 19,99 euros par mois sans engagement (imbattable avec une réduction à 4 euros pour les abonnés de Free, ce qui permet de récompenser les clients fidèles sans fioriture).

Je reste plus perplexe sur le volet du financement du smartphone à acquérir via un crédit de consommation.

“L’iPhone 4S a un euro” est un plan moyen si on prend le temps de lire les conditions générales de souscription et les modalités de financement (“première mensualité d’un euro puis 19,99 euros sur 36 mois pour le modèle 16 Go”).

L’iPhone était censé arriver dans le catalogue de la boutique Free Mobile le 27 janvier prochain. Mais, finalement, il sera “disponible bientôt”.

Mais je ne vois pas la patte “Il a Free, il a tout compris” dans cette formule d’acquisition par crédit d’un téléphone mobile intelligent. Voilà, c’est dit.

(Lire la suite page 2) : Vers un profond alignement tarifaire ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur