Pays en développement : le WiMax concurrencé par les opérateurs de téléphonie mobile existants

Mobilité
Information - news

La technologie cellulaire est loin d’être condamnée à mort, estime le cabinet
d’études Analysys.

Selon les analystes, le déploiement de la technologie de réseau sans fil large bande WiMax dans les marchés en développement risque de se heurter à la popularité des services vocaux de téléphonie mobile cellulaire existants.

Le nouveau rapport publié par le cabinet d’études Analysys estime en effet exagéré le battage médiatique autour du potentiel de la technologie WiMax sur les marchés en développement, où les infrastructures fixes concurrentes sont peu nombreuses.

Les perspectives d’avenir du WiMax sur les marchés en développement seront considérablement limitées par une insuffisance du nombre de PC, par une faiblesse des revenus disponibles et par une croissance constante des services cellulaires, indique le co-auteur du rapport, Mark Heath. Les services vocaux cellulaires seront nettement plus attractifs pour la plupart des utilisateurs, en raison notamment du prix extrêmement faible des téléphones.

L’étude a révélé que le revenu disponible limité dans les pays en développement entravait considérablement le volume des dépenses dévolues aux télécommunications en général.
Par exemple, le PIB par habitant aux États-Unis est entre sept et 25 fois plus important que dans des pays comme la Pologne, l’Algérie, la Chine, l’Inde et le Pakistan.

Analysys ajoute que le manque de PC sur ces marchés en développement limitera la demande d’accès à Internet.
Le taux de pénétration des PC aux États-Unis culmine à plus de 75%. A titre de comparaison, le taux enregistré en Bulgarie et au Panama est respectivement de 6 et 5%, et est même inférieur à 2% dans des pays comme l’Inde et le Kenya. Dans ces pays, les services de téléphonie vocale cellulaire ont davantage de chances de s’imposer.

Les opérateurs devront définir des tarifs faibles pour leurs services et supporter le coût important associé aux équipements des abonnés aux services Wi Max afin d’atteindre une courbe de croissance.

Le coût de ces équipements WiMax devrait demeurer important étant donné que la technologie sera incapable d’atteindre les mêmes économies d’échelle que les systèmes cellulaires.
La pénétration des services cellulaires connaît déjà une croissance rapide dans les pays en développement et occupe une part importante du revenu disponible limité, indique le second co-auteur du rapport, Alastair Brydon.

Le taux de pénétration de la téléphonie mobile au Pakistan est passé de 9% en juillet 2005 à 24% en juillet 2006, encouragé par la baisse des prix des téléphones et des services, explique-t-il. Cette évolution fournira une plate-forme pour les opérateurs de téléphonie mobile qui leur permettra de développer une gamme de services non-vocaux, ce qui rendra la technologie WiMaw inutile.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 7 décembre 2006.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur