Peoplesoft voit un concurrent en Microsoft

Cloud

Le procès qui décidera de l’avenir de l’OPA d’Oracle sur Peoplesoft tourne autour d’une question : ces deux éditeurs ont-ils un seul concurrent, comme l’affirme le DoJ, ou bien plusieurs ?

Défendant actuellement devant le ministère américain de la Justice (DoJ) son projet d’OPA hostile sur Peoplesoft (voir édition du 8 juin 2004), OPA que le conseil d’administration de l’éditeur a constamment rejetée, Oracle a paradoxalement trouvé jeudi 17 juin un allié en Peoplesoft lui-même. En effet, tout l’enjeu des débats qui ont lieu actuellement est de définir précisément quel est l’univers de concurrence des deux éditeurs. D’après le DoJ, il est constitué de seulement trois acteurs : Oracle, Peoplesoft et SAP. C’est ce qui l’a amené à juger en première instance que l’OPA contrevenait aux lois antitrust américaines, car elle réduirait à deux ? SAP et Oracle – le nombre des grands éditeurs mondiaux présents sur le marché des progiciels de gestion destinés aux grandes entreprises. Et ce que cherche actuellement à prouver Oracle, c’est que ce marché compte d’autres éditeurs et qu’il est ouvert aux nouveaux entrants, dont Microsoft. Or, un document interne à Peoplesoft, qui dresse un état des lieux de la concurrence, a été dévoilé lors de l’audience du 17 juin. Il cite très clairement Microsoft comme une menace très sérieuse et, d’une manière générale, décrit ce marché comme hautement concurrentiel, comptant notamment parmi les offreurs, outre les trois éditeurs déjà cités, Lawson Software.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur