Philippe Maros (FileMaker)  : ‘Notre offre a radicalement changé’

Cloud

Avec la version 7 présentée lors de l’Apple Expo, la base de données FileMaker a vraiment évolué. Philippe Maros, président de FileMaker Europe du Sud, revient sur les principaux changements.

La gamme FileMaker 7 a été complétée avec la version Advanced, lancée à l’occasion de l’Apple expo. Philippe Maros, le président de FileMaker Europe du Sud, revient sur l’évolution du marché et des produits.Vnunet : Le marché des bases de données sur Mac est en pleine expectative, avec l’arrivée d’Oracle 10g sur Mac OS X (voir édition du 3 septembre 2004). Comment FileMaker se positionne-t-il face à cette transformation du marché ?Philippe Maros : Nous ne considérons pas l’arrivée d’Oracle comme une menace, mais plutôt comme une reconnaissance de la stabilité de la plate-forme d’Apple. Mac OS X se trouve ainsi conforté comme plate-forme de développement. Mais il est clair que nous ne visons pas les mêmes clientèles : Oracle 10g est un produit d’informaticiens, tandis que FileMaker cible les utilisateurs finaux, grâce à sa convivialité, ainsi que les développeurs pour leur permettre de créer des applications spécifiques du type gestion de contacts ou gestion de la relation client. Si nous nous retrouvons confrontés sur certains pans du marché des bases de données, ce sera uniquement sur des niches. Oracle est quand même plutôt spécialisé dans les grosses bases alors que nous nous adressons à des indépendants ou à des petites entités de dix ou douze personnes, même si nous comptons de grosses entreprises parmi nos clients.Vnunet : Qu’est-ce qui différencie vos produits de ceux de vos concurrents ?Philippe Maros : Il faut bien comprendre que nous nous adressons à des petites structures, petites entreprises ou groupes de travail, qui ont le plus souvent deux caractéristiques communes : pas ou peu de ressources informatiques, mais une connaissance de leur métier très approfondie. Les produits FileMaker permettent de monter une base de données facilement, avec des outils simples. Vous construisez votre base selon votre logique, même si vous pouvez tout autant utiliser une méthodologie évoluée de type Merise. Et cela aussi bien sur Windows que Mac OS ou Linux. Nous venons de franchir le cap des 10 millions de copies vendues, dont 60 % sur PC (Windows et Linux) et 40 % sur Mac.Vnunet : Quelles sont les nouveautés de la gamme FileMaker ?Philippe Maros : Nous disposons de la septième version complète de notre gamme. Celle-ci se compose principalement de FileMaker Pro et Serveur et nous avons lancé FileMaker 7 Advanced au moment de l’Apple Expo. Notre base de donnée a énormément évolué avec cette version : nous disposons désormais d’un produit moderne, comparable aux grandes bases du marché. La structure de la base est ainsi monofichier et composée de tables [la base FileMaker était composée auparavant de multiples fichiers, Ndlr]. Elle peut accepter jusqu’à 8 To de données au total et jusqu’à 2 Go par champ. Nous avons également amélioré les fonctionnalités de développement graphique. Nous y avons intégré des conteneurs qui permettent de stocker n’importe quel type de document : fichiers Word, Excel, PDF, images, vidéos… Nous supportons les standards XML, la connectivité ODBC, JDBC, SQL… Enfin, le gros avantage de la version Advanced – qui fait suite au produit que nous appelions auparavant FileMaker Server Unlimited – est sa capacité à simplifier la publication sur le Web de bases de données FileMaker. Vnunet : Le passage de vos clients à la nouvelle version de FileMaker n’est-il pas problématique ?Philippe Maros : Nous le craignions en raison de la transformation radicale de notre structure de base de données. Du coup, nous avions publié un manuel de migration de 70 pages. Nous nous sommes complètement trompés : dans les faits, ce document les rebutait plutôt qu’autre chose. Finalement, il s’est avéré que la migration ne leur a pas posé de problème particulier, ce qui est plutôt une bonne nouvelle.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur