Philips quitte le rayon électronique grand public

Régulations
Philips BtoB

Philips prend ses distances avec le marché de l’électronique et recentre ses activités sur le BtoB, avec en tête de liste les solutions d’éclairage et les équipements de santé.

La restructuration s’accélère chez Philips, qui entérine sa réorientation stratégique vers le BtoB.

L’inventeur de la minicassette et du disque compact a revendu sa division Consumer Electronics (électronique grand public) au Japonais Funai Electric, pour un peu plus de 150 millions d’euros en numéraire.

Il a aussi concédé des droits de licence sur sa propriété intellectuelle.

Ses activités se recentreront sur les solutions d’éclairage et les équipements de santé.

Respectivement représentatifs de 32 et 40% du chiffre d’affaires 2012, ces segments sont jugés plus porteurs que les téléviseurs et systèmes multimédias (platines DVD/Blu-Ray, chaînes hi-fi…)

Philips restera tout de même actif au rayon électroménager, avec notamment les rasoirs et les machines à café.

Pour autant, après 80 ans à servir le consommateur, le groupe renie ostensiblement son marché historique, sous l’impulsion de son P-DG Frans van Houten.

A la tête du navire depuis avril 2011, le dirigeant évoque une saturation des pays occidentaux, doublée d’une conjoncture macroéconomique défavorable, tout particulièrement en Europe de l’Ouest.

Et de confier au Wall Street Journal : “Avec l’explosion du numérique et la généralisation des contenus dématérialisés accessibles sur Internet, nos téléviseurs et nos lecteurs DVD/Blu-Ray ont du mal à trouver leur public“.

Effectivement, en 2011, l’activité TV a engendré des pertes nettes chiffrées à 272 millions d’euros.

Malgré des résultats encourageants en Asie du Sud-Est, cette morosité est toujours d’actualité à l’issue d’un exercice budgétaire 2012 conclu sur un déficit global de 385 millions d’euros au 4e trimestre.

Philips devra également composer avec les coûts inhérents à sa restructuration (380 millions d’euros y sont passés pour l’heure) et une amende de 509 millions d’euros pour entente sur les prix en Europe dans les années 1990 (possibilité de faire appel).

A l’horizon 2014, dans le cadre d’un plan d’économies à 1,1 milliard d’euros, licenciements et suppressions affecteront 6700 collaborateurs sur les quelque 122 000 sollicités à l’échelle du Globe.

L’offensive dans le domaine des luminaires se portera notamment sur le système de domotique Hue, qui permet de contrôler à distance, avec un terminal iOS, l’intensité lumineuse d’ampoules LED spécialement conçues (59 euros l’unité).

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien les entreprises high-tech cotées en Bourse ?

Crédit photo : amasterphotographer – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur