Philips veut piloter le net à la voix

Cloud

Philips diffuse une extension gratuite qui permet de surfer à la voix depuis le navigateur Internet Explorer. Disponible en anglais, elle sera déclinée prochainement en français.

La reconnaissance vocale existe déjà sur le Web, mais elle est pour l’instant payante. Ainsi, IBM a récemment présenté au sein du logiciel Via Voice Millenium de nouvelles fonctions pour surfer à l’aide d’un navigateur ou rédiger un courrier électronique (voir édition du 8 septembre 1999). Cette fois, Philips pousse à la surenchère en proposant gratuitement une extension compatible avec Internet Explorer de Microsoft. Son nom : FreeSpeech Browser ou FSB. Autrement dit, sous réserve que l’on posséde un microphone et une carte audio, il devient possible de sélectionner à la voix des liens hypertexte au sein d’une page Web, ou de retourner vers une page précédente. Selon l’éditeur, les liens hypertextes en anglais peuvent être appelés en les prononçant (avec l’accent !) ou par un numéro d’ordre donné par le logiciel. La reconnaissance ne fonctionnant pour l’instant qu’en anglais, les liens dans les autres langues doivent être appelés par leur numéro. Il est possible d’effacer ces numéros ou définir leur ordre à l’aide d’un menu Options rangé dans les préférences (Settings) du logiciel. Malheureusement, une erreur lors de l’installation de FreeSpeech Browser (qui pèse 9,85 Mo en téléchargement) nous a empêché d’avoir accès à l’ensemble de ses fonctions. Philips explique sur son site américain que le serveur dédié au téléchargement du logiciel arrive parfois à saturation, ce qui entraîne des erreurs de téléchargement. Différents utilitaires gratuits (tel Go!Zilla 3.5) permettent heureusement de scinder le téléchargement. L’éditeur espère avoir résolu ce problème d’ici la semaine prochaine. Cela dit, à l’heure où nous écrivons ces lignes, il n’était pas en mesure de confirmer si l’application fonctionne sur tous les postes Windows 95/98/NT et avec la plupart des versions d’Internet Explorer.

Plusieurs versions devraient être disponibles prochainement dans d’autres langues que celle de Shakespeare. “En général, il faut un mois ou deux au maximum pour que les versions françaises, allemandes puis espagnoles des logiciels de reconnaissance vocale soient disponibles”, explique Hervé Bertinot, responsable marketing pour Philips Speech Processing France. Patience, donc…

Pour en savoir plus : FreeSpeech Browser


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur