PhoneAndPhone placé en procédure de sauvegarde : Merci Free Mobile ?

Régulations
phone and phone logo

Dans un contexte de concurrence accrue dans la téléphonie mobile, le distributeur PhoneAndPhone.com est placé en procédure de sauvegarde. Son fondateur s’explique dans le JDN.

L’entrée fracassante de Free sur le marché de la téléphonie mobile n’en finit pas de produire des effets collatéraux…

Après le douloureux épisode de The Phone House, voici qu’à la faveur d’une interview accordée au Journal du NetWarren Barthes, fondateur de PhoneAndPhone.com, révèle qu’il été conduit le 13 mai dernier à placer sa société de distribution de mobiles en procédure de sauvegarde…

Créée en 2005, PhoneandPhone aurait vu  – selon son dirigeant et  fondateur – ses marges fondre comme neige au soleil depuis l’arrivée de Free Mobile.

Warren Barthes dit qu’elles auraient été divisées par deux !

Avant Free Mobile, 70% de son chiffre d’affaires “était réalisé sur la vente d’abonnements téléphoniques, le reste sur les téléphones nus”.

En janvier 2012, Free Mobile arrive sur le marché. 

“Le nouvel entrant se lance en gardant l’exclusivité de sa distribution, et comme pour The Phone House, le marché s’est retourné. Du jour au lendemain, la part des ventes de téléphones avec abonnement est passée à 20%. Or, nous réalisons une marge deux fois plus importante que sur les téléphones nus.”

En outre, dans un schéma similaire à The Phone House, PhoneAndPhone aurait été victime de l’abandon du réseau de distribution de Bouygues Telecom.

Du reste, la société compte demander 10 millions d’euros de dommages et intérêts à l’opérateur du groupe Bouygues.

Warren Barthes explique : “Nous étions en train d’absorber l’arrivée de Free Mobile en maintenant notre niveau de chiffre d’affaires, même si notre marge avait grandement baissé.”

Il ajoute : “En novembre, Bouygues Telecom a revendu son grossiste pour réseaux de distribution, qui fournissait 3000 revendeurs. Aussitôt, le repreneur nous a prévenus que tous les encours que nous avions chez lui étaient fermés, sans aucun préavis.”

Inacceptable pour lui,  qui conclut : “En perdant Bouygues Telecom, nous perdions 25% de notre CA. Nous avons donc été obligés de lancer un premier plan de licenciement en janvier dernier” (sachant que l’effectif était composée d’une quarantaine de personnes à l’époque).

Le dirigeant de Phone and Phone se veut cependant rassurant sur l’avenir de son entreprise.

La procédure de sauvegarde enclenchée ne remettrait pas en cause ses ambitions.

Warren Barthes affirme ainsi vouloir réaliser une nouvelle levée de fonds pour se développer aux Etats-Unis.

Un marché sur lequel son modèle n’est pas attaqué par les opérateurs low cost, comme c’est désormais le cas en France.

Rappelons qu’en janvier 2010, PhoneAndPhone.com avait bouclé un tour de table de 10 millions d’euros.

——————-

Quiz : Connaissez-vous bien les opérateurs mobiles low-cost ?

—————–

 

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur