Pierre Kosciusko-Morizet (PriceMinister): “Nous devenons l’équipe européenne de Rakuten”

CloudE-commerceMarketing
Pierre Kosciusko Morizet

PriceMinister est acquis par le groupe Internet japonais Rakuten pour un montant de 200 millions d’euros. Pourquoi ce rapprochement et pour quoi faire ? Interview du P-DG.

PriceMinister a été acquis par le groupe Internet japonais Rakuten pour un montant de 200 millions d’euros.

Le deal est tout chaud. Il a été bouclé tôt ce matin.

Une page se tourne dans l’histoire de PriceMinister, qui avait ouvert ses portes en 2000 alors que se profilait l’explosion de la bulle Internet.

Après avoir surmonté ce passage difficile, le groupe dirigé par le co-fondateur Pierre Kosciusko-Morizet, a poursuivi son développement pour devenir l’un des principaux sites CtoC (achat et ventes de produits tous azimuts entre particuliers) et BtoBtoC (des vendeurs professionnels font la promotion de leurs produits via la plate-forme PriceMinister) en France.

Cette fois, son rachat par Rakuten constitue un tournant vers l’international. (Interview réalisée le 17/06/10 à 15h00).

ITespresso.fr : Pourquoi avoir choisi la voie de la consolidation plutôt que de poursuivre votre voie en toute indépendance ?
Pierre Kosciusko-Morizet : C’était une opportunité qui s’est présentée. Plusieurs groupes nous ont contactés depuis quelques mois en manifestant beaucoup d’intérêt. Dans nos réflexions, Rakuten est arrivé un peu par surprise avec une offre et une perspective de business ensemble très intéressantes. On a choisi d’aller avec eux. En partie pour l’aspect financier parce que c’est un deal intéressant pour les actionnaires. Mais aussi pour le projet. Nous devenons l’équipe Europe de Rakuten. C’est assez passionnant.

ITespresso.fr : Du coup, vous aviez plusieurs options de développement. Pourquoi n’avez-vous pas privilégié une introduction en Bourse?
Pierre Kosciusko-Morizet : La Bourse restait une option ouverte mais pas pour tout de suite. On avait éventuellement parlé de fin 2010 – début 2011. Mais, vu l’état des marchés financiers, nous avons eu raison d’être prudent. L’option Rakuten, à laquelle on s’attendait pas, nous semble la meilleure. Nous visons toujours la première place du commerce électronique en France puis en Europe. Ils vont nous soutenir d’un point de vue financier et Rakuten a une expérience énorme au Japon. Nous allons pouvoir garder une certaine autonomie et éviter un passage de restructuration obligée si nous nous étions adossés à une autre société. Cela me plaisait guère.

ITespresso.fr : En dehors de Rakuten, quels autres groupes avez-vous discuté d’un rapprochement ?
Pierre Kosciusko-Morizet : Nous avons été contactés par des Américains, des Français et des Européens non Français. Je ne peux pas vous fournir les noms.

ITespresso.fr : Concrètement, que vous apporte Rakuten pour votre développement en Europe ?
Pierre Kosciusko-Morizet : Ils vont nous apporter des moyens financiers. Le groupe Rakuten a réalisé un chiffre d’affaires de trois milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2009. Il va aussi nous conforter dans notre vision à long terme. Leur métier principal au japon, c’est une place de marché BtoBtoC (“le shopping mall de Rakuten”). Cela tombe bien : 40% du CA de PriceMinister provient de vendeurs professionnels. Cela grossit très vite chez nous et ils vont nous aider à accélérer ce pôle business.

(lire la fin de l’interview page 2) : quel développement ? quel management ? comment le deal a été bouclé…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur