Piratage de logiciels : la BSA prend des mesures

Cloud

La Business Software Alliance renforce sa lutte contre le piratage de
logiciels sur Internet en lançant des poursuites judiciaires.

La Business Software Alliance (BSA) a renforcé ses efforts dans la lutte contre le piratage de logiciels sur Internet en engageant des poursuites judiciaires à l’encontre de cinq pirates particulièrement actifs basés au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Allemagne et en Autriche.

Les enquêtes entreprises aux Etats-Unis ont convergé vers un trader basé en Pennsylvanie et suspecté de contrôler 20 sites Web proposant de fausses versions des logiciels édités par Adobe, Microsoft, McAfee et Symantec.

L’accusé britannique, qui restera anonyme pour des raisons judiciaires, est accusé d’avoir vendu sur le Web des copies du logiciel de conception Autodesk.

En Allemagne, trois sites proposant des produits Adobe ont été découverts et deux injonctions préliminaires ont été lancées, accompagnées d’une fouille des biens des propriétaires concernés en vue de déterrer des preuves. Le troisième revendeur allemand a été repéré dans ses quartiers en Autriche, où une plainte a été déposée.

“A tous les délinquants du monde entier, petits ou grands, nous adressons le même message”, a martelé John Wolfe, directeur de l’application des lois sur Internet à la BSA. “Le piratage de logiciels est illégal et nous engagerons des poursuites judiciaires à l’encontre des pirates sur Internet pour lutter contre ce problème grave.”

John Wolfe a déclaré que les actions internationales menées aujourd’hui marquaient le début des efforts renforcés de la BSA autour de la lutte contre le piratage de logiciels à l’échelle internationale.

Dans les cinq cas, ce sont les rapports et les plaintes de consommateurs dupés par des offres alléchantes qui ont attiré l’attention de la BSA sur ces activités illégales.

En 2006, la BSA a procédé à la fermeture d’enchères en ligne offrant plus de 20 000 produits logiciels pour un montant total supérieur à 17 millions de dollars (12,9 millions d’euros).

L’alliance a également déposé des avis concernant plus de deux millions de copies de logiciels vendues sous d’autres formes que la mise aux enchères pour un montant total de plus de 12 millions de dollars, soit 9 millions d’euros.

En 2006, la BSA a fermé 8 025 sites d’enchères aux Etats-Unis et 5 961 sites internationaux.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 13 mars 2007.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur