Piratage : la galère de Charlie Hebdo sur Internet

CensureMarketingRégulations

Sur fond de polémique sur la charia, le site Web de Charlie Hebdo reste fermé en raison des menaces et des attaques visant les prestataires hébergeurs. Privée de Facebook, la rédaction a ouvert un blog.

Le retour de Charlie Hebdo sur Internet s’avère difficile : “Les SDF du Net” s’auto-proclame la rédaction qui vient d’ouvrir un blog.

Après l’incendie d’origine criminelle qui a détruit ses bureaux dans la nuit de mardi à mercredi, l’équipe de l’hebdomadaire satirique a été accueillie dans les locaux de Libération.

Son numéro spécial “Charia hebdo” avec le prophète Mahomet en Une et son contenu jugé sulfureux qui tourne en dérision la loi islamique provoquent des remous.

Simultanément, le site Internet du journal a fait l’objet d’un piratage.

Les auteurs du hacking (a priori un groupe turc du nom d’Akincilar) ont considéré que l’hebdomadaire avait porté atteinte à “leurs valeurs religieuses”.

La tension demeure. Contactée par France24, Bluevision, l’agence Web belge qui compte Charlie Hebdo comme client (gestion des contenus, hébergement du site Web…), avait remis le site Web du journal en ligne.

Mais elle l’a finalement retiré après avoir reçu des “menaces de mort” au niveau local selon son dirigeant Maël Doudelet.

“Si le site Web n’est toujours pas de retour en ligne, c’est aussi que nous effectuons une maintenance technique du site pour en améliorer la sécurité”, assure Bluevision.

Les polices belge et française ont démarré une enquête sur la cyber-attaque et les menaces de mort reçues.

Contacté jeudi en fin de journée par ITespresso.fr, l’hébergeur Cblue reste aussi vigilant.

Son gérant Alain Ligot confirme par e-mail que “le site Charliehebdo.fr se trouvait bien sur l’un de ses serveurs loué à la société Bluevision (…) La décision de remettre le site en ligne ou pas lui appartient donc”.

Tout en précisant : “Je n’ai personnellement reçu aucune menace mais de nombreux DoS sont en cours sur nos serveurs et plus particulièrement ceux de notre client Bluevision”.

Notre interlocuteur indique que “des contacts avec les autorités ont été établis dans le cadre de la transmission de log et adresses IP.”

En attendant, la rédaction de Charlie Hebdo trouve des alternatives pour être présent sur Internet. Elle a ouvert un blog en attendant que l’horizon se dégage.

Autre déconvenue : Facebook aurait bloqué le compte du journal, considérant que “Charlie Hebdo n’est pas une ‘vraie’ personne”.

De plus, les responsables du réseau social considèrent que la page dédiée au journal présentent “des contenus graphiques, sexuellement explicites ou avec des corps trop dénudés” qui entrent en infraction avec les conditions d’exploitation du service.

L’équipe de Charlie Hebdo avait déjà décidé de couper toutes les contributions extérieures sur son compte Facebook inondés de messages.

Mais, depuis jeudi soir, le responsable et modérateur de Charlie Hebdo ne peut plus y accéder. “Des négociations sont en cours”, précise le journal.

Reste le canal Twitter de Charlie Hebdo qui appelle à soutenir la rédaction et à organiser la résistance face aux attaques visant la liberté d’expression.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur