Piratage PSN : Sony s’excuse, Anonymous récuse

Cloud

Le P-DG de Sony s’adresse aux membres des réseaux de divertissement numérique du groupe touchés par les attaques et les vols de données. Les hacktivistes Anonymous assurent ne pas être à l’origine de l’assaut.

(update 06/05/11 à 14:00) Howard Stringer, P-DG de Sony, se déclare “conscient de la frustration de ses clients” .

Les attaques visant les services de divertissement numérique – PlayStation Network (PSN), Qriocity et Sony Online Entertainment (découvert plus récemment) – ont affaibli considérablement le groupe high-tech japonais.

Ces actes de piratage ont abouti à un vol massif de données (100 millions de comptes en ligne).

Dans une contribution blog en date du 6 mai, le patron de Sony assure que ses équipes s’attellent à la restauration “d’un service complet et sécurisé le plus tôt possible”.

La ré-ouverture des services affectés devraient survenir “dans les prochains jours” sans fixer de date précise.

Selon Silicon.fr, en guise de compensation, Sony va octroyer aux abonnés du service PSN un mois d’abonnement gratuit, en plus d’une extension d’accès équivalente à la période de fermeture du réseau pour les services PlayStation Plus et Music Unlimited.

Rappelons que PlayStation Network a été coupé depuis le piratage qui se serait produit entre le 17 et le 19 avril [et non 26 comme indiqué auparavant, ndlr].

Une perte d’exploitation qui va coûter chère au groupe high-tech japonais.

Selon l’AFP, Sony compte assurer les clients américains de ses systèmes de jeux en ligne à hauteur d’un million de dollars.

Malgré le vol massif de données, Howard Stringer confirme “qu’il n’y a à ce jour aucune preuve que des cartes de crédit ou des informations personnelles aient été usurpées, et nous continuons à surveiller la situation de près.”

Mais un expert en sécurité IT a déjà exprimé des doutes en fouillant dans les forums underground.

Alors que les regards se portent sur le groupe de hacktivistes Anonymous, celui-ci nie toute implication dans les attaques qui ont affecté les réseaux de divertissement numérique de Sony.

Le vol de données ne fait pas partie de ses modes d’action, assure le groupe de cyber-militants. “On ne gagne pas le soutien de l’opinion publique en dérobant des informations relatives aux cartes de crédit et aux identités personnelles.”

Néanmoins, Anonymous avait récemment menacé Sony de représailles, après des actions judiciaires visant des pirates qui avaient contourné ses système de protection numérique de la PS3.

Le groupe de hacktivistes serait même passé à l’acte en attaquant des sites Internet du groupe high-tech japonais afin de les faire tomber.

A lire également sur Silicon.fr : Guillaume Lovet (Fortinet): “L’attaque du PSN : les systèmes de Sony n’étaient pas à jour” (06/05/11)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur