Plaintes télécoms : les pouvoirs publics convoquent les opérateurs

Cloud

La DGCCRF a initié une série de rencontres avec les opérateurs concernés.
Après Telecom Italia France, Numéricable est attendu.

Certes, le projet de loi sur la consommation a été abandonné avec son lot de contraintes que les opérateurs télécoms redoutaient (instauration de la gratuité du temps d’attente des hotlines, limitation dans la durée de contrats, lutte contre les pratiques commerciales agressives ou déloyales?). Néanmoins, les pouvoirs publics maintiennent la pression par le biais de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF).

Depuis le début du mois, ce service rattaché au ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie a initié une série de rencontres bilatérales avec les principaux opérateurs de communication électronique (fournisseurs d’accès à Internet, opérateurs de téléphonie fixe et mobile).

Objectif de ces entretiens : “faire le point sur les actions engagées pour améliorer les relations entretenues avec leurs clients” dans le respect des engagements pris dans le cadre du Conseil national de la Consommation. Tout un programme. Télécom Italia France (Alice) a été convié en premier le 1er février. Mi-2006, Ce FAI avait été mis en cause par UFC-Que Choisir pour ses publicités jugées trompeuses. Les rencontres vont s’échelonner tout au long du premier trimestre.

Numericable devra s’expliquer

Interpellée sur le sujet à l’occasion des questions orales à l’Assemblée nationale, Christine Lagarde, ministre au Commerce extérieur, a déclaré mardi que le câblo-opérateur Noos-Numéricâble sera également reçu par la DGCCRF ” dans les prochaines semaines”. Un rendez-vous que Les Déçus du Câble ne va pas manquer. Cette association multiplie les actions pour dénoncer les multiples entourloupes du câblo-opérateur vis-à-vis de sa clientèle : publicité mensongère, prestations de services non assurés, surfacturation?

La DGCCRF rappelle que le secteur des services télécoms à destination des consommateurs a généré plus de 31 000 plaintes en 2005. Environ 30 % de ces plaintes concernaient des problèmes techniques et 25 % des difficultés à résilier le contrat. Au premier semestre 2006, la DGCCRF a encore enregistré dans ce secteur près de 14 500 plaintes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur