Planète PME : le gouvernement s’engage à se pencher sur le financement

EntrepriseRégulations
arnaud-montebourg-planete-pme-numerique-innovation

Les membres du gouvernement se sont donnés rendez-vous à Planète PME (salon CGPME, Paris). Il faut parfois creuser pour dénicher une allusion au numérique (Fleur Pellerin en bonus vidéo).

Jean-Marc Ayrault (Premier ministre), Pierre Moscovici (Economie, Finances), Arnaud Montebourg (Redressement productif), Vincent Peillon (Education nationale), Fleur Pellerin (PME-Innovation-Economie numérique), Nicole Bricq (Commerce extérieur)…

Le gouvernement s’est donné rendez-vous à la 10e édition de Planète PME 2012, organisée par la CGPME au Palais des Congrès de Paris.

Un défilé impressionnant de représentants du gouvernement pour afficher son intérêt au monde de l’entreprise (mais on pouvait aussi y croiser Jean-Pierre Raffarin).

On parle bien de la PME traditionnelle…La dimension innovation associée aux PME n’étant pas forcément un réflexe dans les déclarations.

Fleur Pellerin a quasiment passé la journée sur place : inauguration du salon (voir vidéo) en présence de Jean-François Roubaud, président de la Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises, visite du salon puis ouverture de la séance plénière de l’après-midi sur le thème : “Pour une compétitivité responsable, le nouveau cap PME”.

Dans un entretien accordé aux Echos et diffusé pour coller à la journée Planète PME, Fleur Pellerin évoque davantage la situation des PME que celle de l’économie numérique.

Si ce n’est pour mentionner des “success stories” comme Iliad-Free ou Vente-Privée.com.

La veille, Fleur Pelllerin avait visité les labs de Criteo, une autre société Internet prometteuse dans le domaine de la publicité en ligne.

Autre annonce : un “plan PME” est prévu pour l’automne, qui abordera les “questions concrètes du développement d’une entreprise”.

Tout en donnant la priorité “au financement des PME, de l’amorçage au troisième tout et au-delà”.

Sur la question des auto-entrepreneurs, Fleur Pellerin ne parle pas de modification de régime. Néanmoins, “il est nécessaire d’évaluer l’impact du dispositif avant de se prononcer sur d’éventuelles distorsions de concurrence”.

Tout au long de cette journée “spécial PME”, la ministre déléguée a évoqué le “plafond de verre” qui fragilise encore leur expansion et restreint leurs capacités à innover et à exporter.

Elle souhaite stimuler le “réflexe PME” (accompagner les entreprises françaises “vers un nouveau modèle de développement économique, plus coopératif entre PME, ETI et grands groupes”) et soutenir la compétitivité.

Quant à son ministre de tutelle, Arnaud Montebourg (en photo d’illustration) a présenté “les axes du redressement productif” qui passent notamment par le “patriotisme économique” (symbolisé par cette volonté de rapatrier les centres d’appels télécoms) et “le rééquilibrage de la fiscalité entre grands et petits et réorientant le crédit impôt recherche vers les PME”.

Quant à la création de la Banque Publique d’Investissement censé renforcer l’innovation et soutenir l’exportation, “elle ne sera pas un mammouth étatique centralisé car les décisions seront prises au plus près du terrain”, assure Arnaud Montebourg dans le communiqué officiel post-Planète PME.

Dans le prolongement, des commissaires au redressement productif sont également nommés dans chaque région.

Découvrez la vidéo de l’allocution de Fleur Pellerin pour inaugurer le salon :


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur