Plus de 90 % des adolescents familiarisés avec l’informatique

Mobilité

Selon une étude du Credoc, l’informatique et l’Internet sont de plus en plus présents dans la vie des Français, en particulier chez les moins de 18 ans.

Bonne nouvelle pour l’industrie informatique : le marché français connaît une accélération durable en matière d’équipement des ménages. Du moins selon les résultats d’une enquête menée par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc) pour le compte de l’Autorité de régulation des télécoms (ART) et du Conseil Général des technologies de l’Information (CGTI) . L’étude, menée en juin 2003 auprès de 2 214 individus dont 210 adolescents (12-17 ans), révèle que près d’un adulte sur deux (46 % exactement) est désormais équipé d’un ordinateur personnel, soit une progression de 7 % par rapport à juin 2002, d’autant plus encourageante qu’elle était de 2 à 3 % les deux années précédentes. Les intentions d’achats pour les douze prochains mois sont également prometteuses : 10 % chez les personnes non équipées actuellement et 18 % chez ceux qui pianotent déjà de leur domicile. Le marché du renouvellement semble donc plus intéressant que celui du premier équipement. D’ailleurs, 8 % des personnes interrogées déclarent disposer de plusieurs ordinateurs à leur domicile. Un chiffre qui intéressera probablement les fournisseurs d’accès qui, a priori, s’adressent essentiellement aux foyers équipés de plusieurs machines à travers leurs offres d’accès Wi-Fi.

Les adolescents, joueurs et travailleurs

Sans surprise, le taux d’équipement le plus élevé est celui des adolescents : 69 % d’entre eux disposent d’un ordinateur. Une forte intégration de l’informatique dans leur environnement quotidien renforcée par la présence de l’outil en milieu scolaire : 78 % accèdent à un ordinateur sur leur lieu d’étude. “Au total, 93 % d’entre eux peuvent être considérés comme ‘familiarisés’ avec l’ordinateur, c’est-à-dire qu’ils en disposent à domicile ou l’utilisent au collège ou au lycée”, conclue l’étude. Qu’en font-ils ? Ils jouent, bien entendu (pour 90 % d’entre eux) mais s’en servent aussi dans le cadre du travail scolaire (80 %). Chez les plus de 18 ans, si le jeu vidéo n’est pas absent de leur quotidien, l’ordinateur sert avant tout à rechercher des informations, gérer son courrier et travailler (42 % des actifs utilisent l’outil informatique dans leur entreprise, parmi lesquels 61 % ramènent du travail à la maison).

Les chiffres révèlent une corrélation évidente entre le taux d’équipement et celui des connexions au Net. Le nombre d’ordinateurs connectés atteint les 30 % en juin 2003, une progression de 7 % par rapport à juin 2002. L’accès au Réseau mondial est également tiré par les adolescents : ils sont 40 % à disposer d’une connexion à leur domicile et 21 % des non-connectés ont l’intention de le faire dans l’année à venir, contre 13 % chez les plus de 18 ans. Le haut débit en est le principal moteur. L’ADSL représenterait 29 % des connexions et le câble 14 %. Une estimation jugée “un peu forte”, pour le câble, “du fait d’une mauvaise compréhension des termes de la question par les enquêtés”, précisent cependant les auteurs de l’étude. Si 87 % des adolescents peuvent être considérés comme des internautes (en plus du domicile, 78 % se connectent à l’école et 35 % dans les lieux publics), l’intérêt pour le Net diminue avec l’âge. Seulement 50 % des 40-59 ans se sont déjà connectés et 14 % des plus de 60 ans.

Achats en ligne : encore des réticences

Et à quoi sert Internet ? A visionner des clips vidéo, pour 40 % des utilisateurs, et à télécharger de la musique, des films et des logiciels via les réseaux peer-to-peer pour 30 %. La messagerie instantanée et les jeux en réseau intéressent essentiellement les moins de 24 ans, selon l’étude. Les achats en ligne progressent faiblement : 13 % des internautes de plus de 18 ans ont déclaré consommer en ligne contre 7 % en 2001. Surtout, ils sont 79 % à rester réfractaires à ce mode de consommation. Le sentiment d’insécurité lors des paiements en ligne reste le principal frein pour 44 % des sondés (ils étaient 49 % en 2001). Virtuels ou matériels, les a priori ont la vie dure. Les mentalités changeront probablement avec le renouvellement des générations. Si quasiment plus aucun adolescent ne considère que “l’Internet n’est pas utile à la vie quotidienne”, un quart des plus de 60 ans partagent encore cet avis. Enfin, le dernier frein à l’adhésion aux technologies informatiques est lié aux coûts du matériel et des communications. Si les connexions Internet font partie du quotidien de plus de 60 % des cadres supérieurs et des diplômés de l’enseignement supérieur, elles intéressent 21 % des ouvriers, 14 % de foyers disposant de moins de 900 euros/mois et 5 % des plus de 70 ans. Un révélateur supplémentaire des inégalités sociales.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur