PME-TIC : une union qui ne coule pas de source

Cloud

Colloque Renaissance Numérique : le Club de l’Economie Numérique, Intel, Sage, ESC Toulouse, Novalto et la CGPME ont confronté leurs points de vue.

Comment inciter les 1,5 million de TPE et PME en France à adopter les technologies de l’information et de la communication (TIC) ? Une question récurrente pour les décideurs politiques et économiques et des réponses qui sont loin d’être évidentes.

Une table ronde organisée jeudi dans le cadre du colloque “Pour une France numérique” organisée sous la houlette de l’assocation Renaissance Numérique a permis d’avoir différents points de vue sur le sujet.

Essentiellement un “frein culturel”

En qualité d’initiateur du programme gouvernemental “Passeport pour l’économie numérique” et Président-Fondateur du Club de l’Economie Numérique, Olivier Miguière a une vision synthétique des obstacles à surmonter. “C’est essentiellement un frein culturel : 50% des patrons ont plus de 50 ans.”

Par conséquent, il faut “structurer un vrai réseau professionnel privé” pour accompagner les dirigeants dans l’exploration des TIC. “Des DSI externalisés pour les artisans”,suggère Olivier Miguière. Quitte à monter un dispositif de crédit d’impôt pour éviter que ce service ne soit perçu par les entreprises comme une nouvelle charge à payer.

La crise économique actuelle n’est pas un obstacle. Bien au contraire, estime l’observateur des PME et des TIC. “C’est une super opportunité poour faire passer le message : la technologie coûte pas cher avec du financement qui est disponible. Les entreprises doivent réduire leurs coûts, développer leurs ventes et gagner du temps”.

Isabelle Fleury, en charge des activités new business chez Intel France, vient en appui. “Si le passeport numérique a rencontré un certain écho, c’est parce que nous avons eu une démarche plus modeste, partant de la réalité. On a laissé les gens se l’approprier”, explique-t-elle. “La PME a besoin d’une solution de bout en bout, ils ont besoin d’un médiateur pour rassembler tout cela. Le passeport numérique a apporté cela.”

Les TIC non perçues comme un outil orienté performance

Dans la série “Observatoire des usages TIC dans les PME”, l’expérience – hélas méconnue de Martine Boutary – est éclairante. Ce professeur à l’ESC Toulouse a participé à la rédaction de plusieurs ouvrages ad hoc*.

Elle considère que le manque d’équipement IT des entreprises et leur facilité d’accès par les salariés reste d’actualité. “C’est un premier verrou que l’on doit surmonter mais c’est en bonne voie”, assure Martine Boutary.

Secundo, la perception des TIC n’est pas forcément la plus pertinente. “Dans les entreprises, les TIC ont une image de service de support. Mais elles ne sont pas considérées comme un moyen de développer leur performance”, a constaté Martine Boutary.

La formation en e-learning pour le compte des PME

La parole est ensuite donnée à un entrepreneur : Sylvain Bianchini a co-fondé Novalto en 2001, qui a vocation à l’origine d’offrir aux salariés des TPE/PME les mêmes avantages sociaux que ceux des comités d’entreprise des grands groupes “au nom du pouvoir d’achat”.

Ainsi, pour une PME cliente, il est proposé aux salariés une TNTBox à installer chez eux. Ce boîtier donne accès, via le téléviseur, au site Internet du CE ainsi qu’au Web. Le tout à partir d’une simple télécommande. “A l’origine, c’est Netgem qui faisait des boîtiers qui décodaient Internet sur la télévision. Cette technologie est tombée depuis dans les oubliettes. Nous nous sommes dits : pourquoi ne pas utiliser cette techno pour nos propres besoins en effectuant un pré-paramétrage ?”, raconte Sylvain Bianchini.

(lire la fin de l’article page suivante)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur