Polaris : l’algorithme du MIT pour booster le Web

Poste de travailRéseaux
mit-polaris
7 13

L’algorithme Polaris développé par le MIT a vocation à accélérer le chargement des pages et applications Web en créant une « carte des dépendances ».

Pour accélérer le chargement des pages et des applications Web, le MIT a développé, par l’intermédiaire de son laboratoire de sciences informatiques et d’intelligence artificielle (CSAIL) et en partenariat avec l’université de Harvard, l’algorithme Polaris.

Présentée cette semaine en Californie dans le cadre du 13e symposium USENIX sur la conception et l’implémentation de systèmes réseau, la technologie donnera sa pleine mesure sur les contenus les plus complexes. Par exemple les sites qui exploitent de multiples dépendances hébergées sur des domaines tiers.

Les chercheurs du MIT évoquent un temps de chargement pouvant être réduit de 34 % avec cet algorithme qui crée une carte complexe de toutes les ressources associées à une page Web, afin de les charger le plus efficacement possible.

Pour en expliquer le fonctionnement, ils font l’analogie avec un voyageur auquel on donne, par avance, la liste complète des villes qu’il doit visiter. Cela lui permet de planifier l’itinéraire le plus rapide possible. Sans cette liste, il découvre les nouvelles destinations au fur et à mesure, ce qui se traduit par « un trajet inutile en zigzag » entre des villes éloignées.

Pour créer un « graphe de dépendances » lié à chaque page, Polaris examine toutes les interactions entre les objets : lectures de données, mises à jour de valeurs… Et contrairement aux offres actuelles, il s’appuie aussi sur le code JavaScript utilisé dans la page. Ce qui le rend adapté au monde des applications Web.

La technologie a été testée sur 200 sites parmi les plus visités au monde (ESPN.com, Weather.com, NYTimes.com…). On peut la considérer comme un complément aux méthodes de compression mises en place par un Google ou un Amazon – ce dernier estimant que chaque dixième de seconde supplémentaire pour charger une page sur son site e-commerce réduit ses bénéfices de 1 %.

Crédit photo : BLACKDAY – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur