PolySpot sort la version 4.0 de son application phare Enterprise Search

Cloud

En concurrence avec des acteurs comme Sinequa ou Exalead, l’éditeur français de solutions BtoB de recherche a réalisé une première levé de fonds fin 2007.

Dans le cadre du récent salon Documation (qui s’est déroulé du 12 au 13 mars au Cnit à la Défense, Paris), Vnunet.fr propose un zoom sur la société PolySpot, qui développe des solutions de moteur de recherche destinées à l’entreprise. Créé en 2001 par Olivier Lefassy (qui occupe toujours les fonctions de président), l’éditeur logiciel vient de sortir la version 4.0 de sa solution phare PolySpot Enterprise Search.

Parmi les améliorations de cet outil de recherche d’information, notons l’effort consacré au niveau des requêtes. On relève des menus assistés, avec une gestion thématique plus performante et une taille réduite de l’index. “Nous fournissons de plus en plus de modules additionnels qui permettent un partage plus facile des informations et rapproche l’utilisation de cette solution d’un outil collaboratif, sans qu’elle en soit véritablement un”, souligne Manuela Joulageix, responsable marketing de cet éditeur parisien.

PolySpot travaille à 80 % en direct avec une quarantaine de clients grands comptes, dont une part très importante appartient au secteur de la banque et de l’assurance. “Cela tient à des raisons historiques, car notre premier client a été le Crédit Mutuel, ce qui a constitué une référence dans le domaine de la banque”, précise Manuela Joulageix. La solution retenue par ce groupe bancaire disposant d’un statut de confédération satisfait deux besoins distincts : équiper le portail intranet ouvert à l’ensemble des salariés de la banque et déployer une solution de veille dédiée à chacun des collaborateurs.

Accélération de ses activités à l’international

Dans le secteur banque-finance-assurance, PolySpot compte aussi pour clients des groupes comme AGF, Banques Populaires, BNP Paribas ou la Caisse des Dépôts et Consignation. Pour le cas de Bureau Veritas (certification, audit), on note ainsi une application de knowledge management (“gestion des connaissances”) mais aussi d’autres plus verticales comme la veille réglementaire et les recherches de compétences sur le site Internet, toutes fonctionnalités qui s’ajoutent à PolySpot Enterprise Search.

L’une des caractéristiques et non des moindres de cette solution quand on s’attaque au marché international est de supporter intégralement la norme Unicode, ce qui autorise la gestion en standard de plus de cinquante langues, notamment asiatiques, cyrilliques et arabes. Pour reprendre l’exemple de Bureau Veritas, le site Internet de ce groupe est disponible en 23 langues et l’intranet en trois langues (français, anglais et espagnol).

En novembre 2007, PolySpot a décidé d’accélérer son développement en effectuant sa première levée de fonds (qui porterait sur un montant d’1,2 million d’euros) auprès de CIC Vizille Capital Innovation. L’objectif est de poursuivre son extension à l’international. L’an passé, PolySpot a ouvert deux filiale à Londres (PolySpot UK Ltd) et Milan (PolySpot Italia Srl). Actuellement, elle mène des études pour se développer sur le marché américain.

La société, qui dispose d’une équipe de 25 personnes, vise à présent la barre des 3 millions d’euros de chiffre d’affaires pour 2008 sur la base des licences (son CA 2007 n’est pas communiqué). Face à des concurrents nationaux comme Sinequa et Exalead, PolySpot connaît une progression très nette sur ce marché de l’information. En dehors de ces clients en direct, PolySpot travaille avec quelques revendeurs dont Capgemini.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur