Power PC G4 : cap sur le gigahertz !

Mobilité

Une douzaine de G4 ont franchi la barre du gigahertz. Motorola dévoilera des informations sur la future architecture de la famille au Forum du Microprocesseur en octobre. La technique d’oxydation du silicium permettra d’accroître la puissance de 30 % et de diviser par trois la consommation électrique.

Le géant américain des semi-conducteurs Motorola présentera, au Forum du Microprocesseur qui se tiendra du 9 au 13 octobre à San Jose en Californie, la future architecture de la famille des Power PC G4. Celle-ci utilisera la nouvelle technologie SOI (Silicon on Insulator, silicium sur isolant) qui lui permettra de faire fonctionner sous peu ses microprocesseurs aux mêmes vitesses annoncées que les puces d’Intel ou d’AMD. Pourquoi ce retard ? Outre des difficultés de production (voir édition du 2 août 2000), le fondeur aurait connu quelques problèmes internes qui ont démotivé un certain nombre de personnels expérimentés. Ceux-ci se seraient laissé envoûter par les sirènes d’Intel.

La technologie SOI a été utilisée pour la première fois sur un processeur commercialisé en mai dernier par IBM. Cette technique permet de réduire la consommation électrique par ajout d’une couche d’oxyde de silicium sur la couche de silicium pure utilisée à la base de tout processeur. L’efficacité et les performances s’en ressentiraient généreusement. La consommation électrique serait divisée par trois et les performances augmentées de 20 à 30 %. Les G4 ne consommant déjà que très peu de courant, on imagine aisément l’avantage qu’ils peuvent tirer de cette technologie. Pour les machines de bureau, la montée en puissance ne sera pas négligeable, mais l’application la plus intéressante devrait concerner plus particulièrement les portables qui nécessitent de l’électronique peu consommatrice en énergie. Ira-t-on jusqu’à enlever le ventilateur du PowerBook, par exemple ?

Les nouveaux processeurs G4 pourront tourner à des vitesses allant de 300 à 1 000 MHz, le procédé de fabrication devant être modifié. En laboratoire en tout cas, Motorola a déjà réussi à faire franchir le gigahertz à ses processeurs G4e. Une douzaine d’entre eux ont pu passer ce cap cette semaine, et vont être étudiés afin de déterminer ce qui les rend si rapides. Motorola en est encore à des méthodes empiriques et aléatoires dans ce domaine. Le dernier record de vitesse de ces puces était de 933 MHz. Du point de vue industriel, Motorola est toutefois loin d’afficher ces performances, puisque seulement 10 % des puces produites soutiennent pour le moment les 500 MHz (voir notre édition du 18 août 2000).

Pour en savoir plus :

* Le Microprocessor Forum 2000

* Le site semi-conducteurs de Motorola (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur