PowerPC 750 CXe, le nouveau G3 d’IBM

Mobilité

Big Blue annonce la mise sur le marché de processeurs G3 au cuivre en gravure à 0,18 micron. Celle-ci suit la sortie d’iMac tournant aux vitesses disponibles, c’est-à-dire jusqu’à 600 MHz. Embarqués dans les ordinateurs, ils doivent également fournir les puissances de calcul nécessaires pour des produits liés à l’Internet et au traitement de l’image. Une concurrence pour Motorola ?

Les deux membres de l’alliance PowerPC sont-ils en train de se déclarer la guerre ? Après la suspension de communication par Motorola concernant ses nouveaux produits (voir édition du 11 janvier 2001), IBM profite de la sortie des produits d’Apple pour communiquer sur ses processeurs. Jusqu’à présent, Motorola était connu pour sa vocation à proposer des processeurs destinés au traitement de l’image tandis qu’IBM utilisait ses puces pour ses serveurs. Deux vocations différentes pour une architecture quasi similaire. Le PowerPC 750 CXe annoncé par IBM semble changer la donne… Et la firme le présente clairement, outre son utilisation dans les Mac d’Apple, comme une puce destinée aux applications réseaux et de traitement de l’image. IBM souligne d’ailleurs les débouchés de sa puce, qui ne se limitent pas aux Mac : la télévision numérique est visée, les imprimantes laser, mais aussi tous les équipements nécessitant des accès réseau.

Big Blue s’invite dans le même temps dans le monde tout numérique présenté entre autres par Steve Jobs, en se positionnant très clairement comme fournisseur des moteurs embarqués par les objets numériques à venir. La firme embrasse très clairement par la même occasion la déclaration de guerre au mythe du mégahertz, lancé par le PDG de Cupertino ! Le discours d’IBM n’est pas neutre : la firme met en avant, pour vendre ses puces, le fait que la vitesse d’horloge du processeur n’est pas un avantage réel ! Pour elle, l’intégration, les effets d’échelle et l’efficacité deviennent des facteurs de poids dans le monde merveilleux des systèmes embarqués à venir…

Des PowerPC plus économes et plus performants

La technologie d’IBM s’appuie sur le cuivre, ses capacités de gravure à 0,18 micron, une mémoire cache sur le processeur favorisant ses pointes de traitement et la baisse de son coût de fabrication, et permettant d’éviter les limites de performances d’une mémoire cache hors processeur. Globalement, la technologie d’IBM permet de réduire encore les coûts de fabrication des processeurs PowerPC, d’abaisser leur consommation électrique, de limiter leur dégagement thermique et d’accroître leurs performances générales.

Pour en savoir plus :Le site d’IBM Electronics (en anglais)Lire aussi :Les iMac différents d’un pays à l’autre !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur