Première tentative de hold-up en ligne

Cloud

Egg.com, une banque anglaise en ligne, a subi les assauts de cyber-braqueurs. Bien qu’elle n’avoue aucune perte, les problèmes qu’elle a rencontré posent avec acuité la question de la sécurité des échanges sur le Web.

La banque anglaise Egg, qui opère uniquement sur Internet, a confirmé que trois personnes ont été arrêtées le 22 août dernier par la police britannique suite à la détection par ses systèmes anti-fraudes de leurs tentatives de créer faux comptes en ligne. Une porte-parole a indiqué que ces arrestations étaient liées à des “tentatives de fraudes” qui n’ont entraîné qu’une perte “minimale” d’argent pour la banque.

La banque anglaise a nié l’existence d’une brèche de sécurité pouvant la mettre en danger. “Nous sommes très vigilants et notre système reste inviolé. L’argent de nos clients n’est pas en danger”, a affirmé la porte-parole. Et d’ajouter : “Il y a 4 ou 5 mois, nous sommes entré en contact avec la police pour traqué les personnes créant de faux comptes en ligne. Nous avons développé ensemble un logiciel qui a été installé il y a deux mois et qui a directement conduit aux arrestations”.

Pour détecter ces comptes frauduleux, la banque se base sur plusieurs critères. “Lorsque, par exemple, plusieurs comptes sont ouverts depuis la même adresse IP”, indique notamment le directeur des opérations de la banque anglaise. De plus, “quand un compte frauduleux est ouvert, il est en général utilisé très rapidement et nous avons des systèmes logiciels qui peuvent détecter n’importe quel activité anormale, de quoi limiter les pertes éventuelles”.

Il semble donc qu’il y ait eu plus de peur que de mal. Toutefois, le problème rencontré par Egg ne fait que reposer avec plus de force la question de la sécurité des échanges sur Internet. La banque est un symbole de confiance qui n’est pas très compatible avec l’à peu près du Réseau…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur