Premières impressions sur le PowerBook 15 pouces

Mobilité

Dure reprise de flambeau pour le nouveau PowerBook d’Apple qui succède au légendaire TiBook. Mais de l’avis de ses premiers utilisateurs, l’AlBook – comme le surnomment déjà les fans – fera honneur à son aîné.

Dans la famille PowerBook G4, l’AlBook 15 pouces, descendant direct du légendaire TiBook (voir édition du 10 janvier 2001), a été dévoilé à l’Apple Expo 2003. Malgré une présentation en demi-teinte de la part de Steve Jobs, la nouvelle machine marque une véritable évolution : ce PowerBook a été travaillé jusque dans les moindres détails (voir édition du 16 septembre 2003). Plus de crainte à avoir concernant sa finition, par exemple : ce portable en aluminium anodisé enterre les défauts de son prédécesseur. Sur le TiBook, la peinture de plusieurs générations de modèles s’effritait, se rayait ou se décollait sous l’effet du frottement , de la chaleur du processeur et d’une réaction chimique due à la transpiration. Des problèmes qui avaient apparemment disparu sur la dernière génération de TiBook (voir édition du 6 décembre 2002). Grâce à l’aluminium et à sa qualité de fabrication, la coque extérieure de l’AlBook ne devrait pas se détériorer avec le temps. Même remarque en ce qui concerne la charnière, si fragile par le passé que différentes solutions de réparation avaient été mises en place pour le TiBook. Le nouveau PowerBook reprend quant à lui la charnière inaugurée avec l’iBook Dual USB introduit en 2001, généralisée depuis à tous les modèles de PowerBook en janvier dernier. Du même coup, “la surface de lecture est plus accessible et l’espace pris par l’écran moins important, ce qui est appréciable pour travailler, par exemple, dans moyens de transport”, nous a précisé Sandy Green, la responsable produits d’Apple.

Idem en ce qui concerne la chaleur dissipée : les modèles 1,25 et 1 GHz présentés la semaine dernière ne devraient pas rechauffer les cuisses de leurs utilisateurs autant que le TiBook. La gestion de l’énergie a été également améliorée : le PowerBook G4 15 pouces est capable de vous laisser travailler quatre heures et trente minutes d’affilée, selon Apple. La batterie est maintenue par le même système de verrou que celui du PowerBook 12 pouces (ou de l’iBook). Un bon point quand on repense au système du TiBook, qui avait tendance à “lâcher” la batterie quand on manipulait l’appareil sans précaution. Un mauvais point toutefois : les batteries de la ligne PowerBook ne sont pas compatibles entre elles. Bien que toutes basées sur la technologie lithium-ion, celle du 17 pouces est de type “prismatique” (58 Wh) quand celles du 15 et du 12 pouces sont cylindriques (respectivement 46 et 47 Wh). Bien que les officiels d’Apple restent discrets en ce qui concerne la dalle TFT, ils ont précisé que l’utilisation d’une dalle de 15,4 pouces n’avait pas été retenue pour le PowerBook, l’image de l’écran et son ratio ne correspondant pas aux standards de la vidéo.

Des “stations de travail à emporter”

Côté fournisseur de l’écran, le mystère subsiste. Apple reste muet sur le sujet, même si on sait désormais que le constructeur fait produire ses deux grands PowerBook par le taiwanais Compal, qui met à sa disposition son savoir-faire en matière d’écrans TFT à faible consommation d’énergie. Compal s’approvisionne auprès de Toppoly Optoelectronics en écrans LTPS (Low Temperature Poly Silicon ? polysilicium à basse température). Ceux-ci semblent désormais de bonne facture face aux écrans à cristaux liquides TFT au silicium amorphe, utilisés auparavant par Quanta, précédent fabricant taiwanais de PowerBook. Surtout, ils sont moins chers. Enfin, l’AlBook 15 pouces utilise le processeur PowerPC 7447 de Motorola (une révision du très attendu 7457, sans mémoire cache L3, mais pourvu de 512 ko de mémoire cache L2). Apple estime qu’il permet de considérer ses portables comme des “stations de travail à emporter”. Une chose est sûre : le PowerBook 15 pouces reste le chouchou de la ligne de portables professionnels du constructeur. Adopté par les développeurs sous Unix, il est passé en première position des produits commandés sur l’Apple Store dès sa première semaine de commercialisation. Attendu impatiemment depuis janvier, l’AlBook 15 pouces était quasiment sûr de rencontrer son public. Mais Apple a été un petit peu mesquine : le modèle de base du 15 pouces est en effet proposé sans clavier rétroéclairé (facturé 72 euros). De quoi dépiter quelques utilisateurs s’ils n’y avaient pas prêté attention.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur