Premiers essais de la Gameboy Advance !

Mobilité

Le 22 juin, la Gameboy Advance, la console portable de nouvelle génération de Nintendo, arrive sur le sol français, soit juste trois mois après sa sortie japonaise (21 mars). Son prix, non encore complètement fixé, se situera entre 120 et 130 euros TTC (790 à 850 francs), le prix des jeux dédiés oscillant de 45 à 50 euros. Nous l’avons essayée !

Pour la Gameboy Advance, Nintendo a pratiqué un lifting en profondeur. La console est désormais équipée d’un processeur 32 bits RISC couplé à un autre processeur 8 bits CISC. L’affichage gagne en taille comme en qualité. Il est désormais au format 16/9 et d’une résolution de 240×160 pixels (à comparer aux 160×144 pixels de la génération précédente), en 511 couleurs choisies parmi une palette de 32 000. L’écran de type TFT à matrice active n’est toujours pas rétro-éclairé, ce qui impose de jouer dans de bonnes conditions de luminosité. En contrepartie, deux banales piles AA suffisent à assurer une autonomie d’une quinzaine d’heures. Citons encore l’apparition de deux boutons latéraux commandés par les index. Ce bond technologique, nous avons pu le tester en pratique sur les trois jeux Nintendo qui seront disponibles à la sortie de la console.

Huit jeux seront disponibles à la sortie de la GBASuper Mario Advance reprend le scénario de l’ancien Mario USA, avec une qualité graphique améliorée. Outre une finesse de détails bien plus grande, la Gameboy Advance offre ici une fluidité d’animation sans comparaison avec ses ancêtres : scrolling différentiel sur trois plans en particulier (les décors du premier plan, du plan moyen et du fond bougent à des vitesses différentes lorsque Mario se déplace). Kuru Kuru Kururin, jeu de réflexion/action simple et prenant, joue la carte de la simplicité graphique, le jeu étant toutefois rehaussé d’animations intermédiaires de qualité. Quant à F Zero, jeu de course futuriste qui avait contribué au succès de la Super Nintendo, il permet de juger des capacités de la console dans les jeux d’arcade. Le défilement est rapide, fluide et la jouabilité sans faille. On relève aussi dans ces jeux une excellente qualité sonore : le son est stéréo et fait largement appel aux numérisations. Bien d’autres jeux d’éditeurs tiers viendront soutenir le lancement de la console : 5 titres à la sortie et quelque 40 pour Noël. Citons en particulier Tony Hawk’s Pro Skater (skate), Ready 2 Rumble (boxe), Rayman Advance (plate-formes), et sans doute un peu plus tard Sonic Advance (le hérisson bleu de Sega), Zelda (l’exceptionnelle saga d’aventure/action), l’incontournable Pokemon, Street Fighter et autres Final Fight (combats).

Jouer à plusieurs avec un seul exemplaire du jeu

A ces titres spécifiques s’ajoute la très riche ludothèque de la Gameboy classique et Color, la compatibilité ascendante étant assurée pour quasiment tous les titres. Nous avons d’ailleurs testé cette compatibilité avec de très vieux titres (Dr Mario, Tetris) sans le moindre problème, l’affichage commutant seulement en mode 4/3 (pour respecter le format d’image originel). Côté multijoueur, la Gameboy Advance offre une innovation de taille. Sur la plupart des titres, il sera possible de jouer à quatre simultanément mais avec une seule cartouche ! A noter aussi que ce mode quatre joueurs ne nécessitera plus l’acquisition d’un module spécial, le kit de liaison standard y suffisant.

Lire aussi :

La Game Boy Advance lancée au Japon (19 mars 2001)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur