Premiers pas vers MacOS X

Cloud

Il est là ! Steve Jobs l’a annoncé lors de son discours d’ouverture de l’Apple Expo. “Il”, c’est évidemment le nouveau système d’exploitation d’Apple, MacOS X, dont la version bêta publique est effectivement disponible. Vendu 249 francs, il fallait faire la queue pour se le procurer. Mais ça y est. Evolution, révolution ? Tout au long de la semaine, je vous ferai part de mes bonnes surprises, déconvenues, joies et déceptions, bref de ma découverte de l’OS nouvelle génération d’Apple. Première étape : le livret.

D’abord le déballage, au calme… Un tel phénomène, c’est comme un bon assemblage de vins. Il faut garder la tête froide pour en profiter. Sous le film de plastique, je découvre le livret que tenait Steve Jobs lors de sa conférence de la Porte Maillot. Le désormais célèbre “X” bleu Aqua est là, chez moi, frappé sur la couverture. Sur son côté gauche, une pomme “Graphite” et à sa droite, comme pour confirmer que je ne rêve pas, l’inscription à vénérer : “Mac OS X Public Bêta” ! Nous y voilà. Depuis le temps qu’on attendait ça…

Au verso, un appel au mouvement perpétuel, à l’amélioration en série, à la perfection ultime : “Nous vous invitons à faire de Mac OS X le système d’exploitation le plus sophistiqué et intuitif du monde.” L’enjeu est grandiose. Me voilà dans l’ambiance et sous l’influence du mot d’ordre de la communauté : penser différemment. Quelques restrictions sont toutefois de mise : les machines pouvant accueillir cette Ferrari des systèmes d’exploitation doivent être équipées au moins du G3, à l’exception notoire du premier portable PowerBook G3 et des ordinateurs améliorés d’une carte de mise à jour processeur. De plus, il faut la version 9.0.4 installée de MacOS et mieux vaut disposer de 128 Mo de mémoire vive (n’oubliez pas qu’à certains moments – très souvent au début – MacOS 9 fonctionnera en émulation dans MacOS X). Zut, je ne dispose que de 64 Mo de mémoire vive sur mon iMac ! Que faire ? Nous verrons plus tard…

J’ouvre le livret ! A droite, le CD, engagé dans une poche kangourou qui ne laisse dépasser que le sommet du X et le nom du système d’exploitation. A gauche, une profession de foi : l’avenir des Macintosh est entre vos mains. Selon Apple, une ère nouvelle s’ouvre aux ordinateurs Macintosh, les améliorations de X sont prodigieuses : fiabilité et performances. L’interface, renversante : “Aqua”. C’est de la pub, encore, mais si c’était vrai ? Le Mac fanatique qui sommeille en moi se réveille tout à coup…

Pourquoi MacOS X en bêta publique ? Pour me donner l’occasion de l’utiliser et permettre à Apple de connaître mes réactions. Me voilà donc, embauché malgré moi dans l’usine à idées… Je vais contribuer à l’histoire d’Apple. Ma collaboration est indispensable, on me l’assure ! Pour ce faire, on me laisse jusqu’au 15 mai 2001 pour l’essayer. Après ce délai, la bêta deviendra inutilisable. D’ici là, la version finale aura été lancée, espérons-le…

Les dernières rumeurs font état d’un lancement au 15 mars 2001. Entre temps, Apple tient à profiter des réflexions de ses utilisateurs pour améliorer son produit. Une utilisation intensive s’impose donc ! Car je tiens à défendre ma pomme ! Et à lui faire savoir ce qui enthousiasme et ce qui gêne dans le nouvel OS.

“Aujourd’hui on touche avec les yeux, demain on hume et après-demain on goûte !”, telle est une des expressions culinaires favorites de ma grand-mère. Je ne vais pas manquer de vous faire appliquer cette règle de patience ! Donc, pour demain, l’installation… Ou comment outrepasser les conseils de la Pomme et installer une bêta qu’on vous recommande de faire tourner sur une machine de 128 Mo de mémoire, sur un ordinateur qui n’en dispose que de 64  !

Pour en savoir plus :

Le site de Mac OS X


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur