Presque 300 millions d’internautes en Chine

Mobilité

Le China Internet Network Information Center observe une croissance de 41,9% du nombre d’internautes dans le pays.

A fin décembre 2008, la Chine comptait 298 millions d’internautes, soit une croissance de 41,9% par rapport à 2007 (210 millions). Selon le China Internet Network Information Center (Cinic), sur les six derniers mois de l’année, 90,6% des internautes chinois accédaient au Web via une connexion haut débit. Il faut dire que la pénétration d’Internet sur le territoire chinois (22,6%) dépasse désormais la moyenne mondiale de 21,9%.

L’Internet mobile fait également un bond spectaculaire de 133% par rapport à la même période en 2007. Le Cinic recense 117,6 millions mobinautes. Un phénomène qui s’explique par la baisse des prix des terminaux opérée par les opérateurs.

Cela devrait même s’amplifier avec la récente attribution par le gouvernement chinois des premières licences 3G aux opérateurs mobiles. Ainsi, China Unicom, le deuxième opérateur mobile du pays,  veut lancer des offres et services mobiles en 3G dans 55 villes chinoises au cours du premier semestre 2009. L’opérateur mobile compte couvrir 280 villes en 3G d’ici la fin de l’année.

Par rapport au précédent état des lieux semestriel publié en juillet 2008 , le Cinic montre peu de changement  en ce qui concerne les usages des internautes chinois : musique en ligne (83,7%), actualité (78,5%), messagerie instantanée (75,3%), moteurs de recherches (68%), etc. En revanche, les 10-19 ans sont les plus nombreux sur la Toile avec une proportion de 35,2%.

Lorsque l’on parle de la Chine et de l’Internet, il est impossible de ne pas mentionner la censure exercée par le gouvernement. Au moment des Jeux Olympiques, plusieurs sites comme ceux de Reporters sans frontières et d’Amnesty International avaient été bloqués. Amnesty International vient d’ailleurs de publier un communiqué annonçant un nouveau blocage de son site en Chine par les autorités du pays.

Une fermeture qui interviendrait, d’après l’organisation non gouvernementale, dans le cadre du grand “nettoyage” du Web lancé ce mois-ci par le gouvernement visant à le débarrasser de ses contenus “vulgaires”. Pour mémoire, la Chine a notamment tapé sur les doigts des moteurs de recherche Google et Baidu et a fermé 91 sites.  Ce dernier s’était excusé et avait promis de mieux filtrer les liens apparaissant dans ses pages de résultat de recherche.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur