Press release

AREVA : Résultats semestriels 2015

0 0 Donnez votre avis
Sponsorisé par Business Wire

PARIS–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News: AREVA (Paris:AREVA) : En application de la norme IFRS 5, le compte de résultat et le tableau des flux de trésorerie du 1er semestre 2014 ont été retraités pour présenter un proforma à périmètre comparable au 1er semestre 2015 ; le résultat net des activités faisant l’objet d’un appel d’offres ou d’une

PARIS–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News:

AREVA (Paris:AREVA) :

En application de la norme IFRS 5, le compte de résultat et le
tableau des flux de trésorerie du 1
er semestre
2014 ont été retraités pour présenter un proforma à périmètre comparable
au 1
er semestre 2015 ; le résultat net des
activités faisant l’objet d’un appel d’offres ou d’une négociation en
vue de leur cession est présenté sur une ligne spécifique « résultat net
des activités cédées ou destinées à être cédées ».

Les
activités suivantes remplissent les critères fixés par la norme IFRS 5
pour être classées dans la catégorie « activités destinées à être
cédées » au 30 juin 2015 :

  • AREVA NP
  • Mesures Nucléaires
  • Energie solaire
  • Energie éolienne : les résultats d’Adwen sont comptabilisés par
    mise en équivalence à partir du 9 mars 2015. Les résultats du 1
    er
    janvier au 8 mars 2015, ainsi que le résultat de déconsolidation sont
    présentés dans le « résultat net des activités cédées ».

Il est rappelé que le niveau d’activité des différents Business
Groups et leur contribution aux résultats du groupe peuvent varier de
manière significative d’un semestre sur l’autre dans les activités
nucléaires. Par conséquent, l’activité semestrielle ne saurait être
considérée comme une base fiable de projection annuelle.

Résultats semestriels 2015

  • Chiffres clés :

    • Carnet de commandes : 32,3 Md€ (stable vs S1 2014)
    • Chiffre d’affaires : 1 930 M€ (+ 6,3 % à p.c.c.)
    • Excédent brut d’exploitation : 306 M€ (+ 63 M€ vs S1 2014)
    • Résultat opérationnel : 7 M€ (+ 219 M€ vs S1 2014)
    • Cash-flow opérationnel : 460 M€ (+ 517 M€ vs S1 2014)
    • Cash-flow net des activités de l’entreprise : – 211 M€ (+ 55 M€ vs
      S1 2014)
    • Résultat net part du groupe : – 206 M€ (+ 488 M€ vs S1 2014)
  • Faits marquants de la période

    • Déploiement du plan de transformation
    • Olkiluoto 3 (OL3) : améliorations substantielles concernant
      l’exécution du projet constatées sur site
    • Flamanville 3 (FA3) : AREVA a soumis aux autorités, en
      accord avec EDF, un programme d’essais destiné à démontrer la
      conformité des équipements aux nouvelles exigences de sûreté. La
      revue de ce programme est en cours.
    • Accords concernant l’approfondissement de la coopération
      franco-chinoise sur l’énergie nucléaire civile (CNNC, CGN et EDF)
    • Accord dans les transports et la logistique nucléaire en Chine
      (CNNC)
    • Accords définitifs avec Gamesa pour la création de la JV Adwen
    • Lancement du processus de cession de Canberra

Plan de transformation

  • Plan de performance

    • Avancement du plan de compétitivité (objectif à l’horizon 2017 de
      1 Md€ de gains opérationnels par rapport à 2014 dont 500 M€, nets
      de l’inflation, sur le nouveau périmètre d’AREVA) : environ 85 %
      des actions identifiées
    • Objectif de réduction d’emplois de 5 000 à 6 000 pour l’ensemble
      du groupe (dont 3 000 à 4 000 en France) d’ici fin 2017
    • Dialogue social : ouverture du livre II en octobre
    • Avancées en vue d’accords commerciaux avec EDF (uranium naturel,
      conversion, enrichissement, traitement-recyclage)
    • Gestion renforcée des grands projets
  • Feuille de route stratégique

    • Prise en compte des orientations fixées par la Présidence de la
      République française le 3 juin 2015
    • Refonte du partenariat avec EDF :

      • Définition des termes du partenariat stratégique
      • Projet de cession d’au moins 75 % de l’entité AREVA NP à EDF
      • Projet de création d’une entité conjointe de conception,
        gestion de projets et commercialisation des réacteurs neufs
  • Plan de financement

    • Financement de l’entreprise pour la période 2015-2017 :

      • Besoins de financement : environ 7 Md€ après prise en compte
        des bénéfices des deux leviers suivants :

        • Mise en œuvre du plan de compétitivité
        • Forte sélectivité des investissements
    • Sources de liquidité pour la période 2015-2017 :

      • Financements propres d’environ 1,2 Md€ :

        • Optimisation du seuil de trésorerie minimale cash-poolée
        • Gestion optimisée de la trésorerie (affacturage,
          monétisation de créances fiscales, prévisions
          hebdomadaires)
        • Poursuite de la levée de financements au niveau d’actifs
          industriels
      • Programme de cessions d’environ 2,4 Md€ :

        • Projet de cession d’au moins 75 % de l’entité AREVA NP à
          EDF pour un montant indicatif de 2,0 Md€ à la date de
          réalisation de l’opération
        • Cessions d’autres actifs : objectif d’environ 0,4 milliard
          d’euros
      • Etudes de mesures complémentaires de renforcement de la
        liquidité et des fonds propres
    • Augmentation de capital significative pour donner à AREVA, en
      complément des mesures du plan de financement, un profil financier
      lui permettant de refinancer l’ensemble des besoins de
      l’entreprise à moyen terme.
  • Perspectives financières1 :

    • Confirmation de la perspective de cash-flow net des activités de
      l’entreprise

1 Données à périmètre et change constants, hors impact des
cessions, opérations capitalistiques et de refinancement.

Le Conseil d’Administration d’AREVA, réuni hier sous la présidence de
Philippe Varin, a arrêté les comptes clos au 30 juin 2015. A propos des
résultats, Philippe Knoche, Directeur Général, a déclaré :

« Nous nous donnons un objectif clair à l’horizon 2017 : transformer
AREVA en une entreprise compétitive et recentrée sur son cœur de métier,
le cycle du combustible nucléaire, où elle possède un capital industriel
et humain unique au monde.

Au cours du premier semestre, AREVA a pris des décisions structurantes
en ce sens. Le groupe a annoncé un plan de compétitivité ambitieux,
engagé avec les partenaires sociaux un dialogue soutenu, et travaillé à
l’amélioration de la gestion de ses grands projets qui ont jusqu’à
présent si lourdement pesé sur sa trajectoire financière. Il a poursuivi
sa feuille de route stratégique en vue de son recentrage, de la refonte
du partenariat avec EDF. Les accords en vue de la signature de contrats
commerciaux avec EDF marquent en effet des avancées très significatives.
Le groupe a également travaillé à son plan de financement, dont
l’objectif est de permettre à AREVA de refinancer ses besoins de moyen
terme sur les marchés.

Les prochains mois seront clés dans la bonne exécution de ce plan de
transformation, en conservant au cœur de notre action le sens de la
sûreté, du client et du dialogue social. L’une des priorités sera de
dessiner l’organisation de deux entreprises à la fois distinctes et
liées par un partenariat stratégique. L’arrivée de Bernard Fontana,
industriel de renommée internationale, à la Présidence d’AREVA NP, est,
pour l’ensemble de ces actions, une très bonne nouvelle pour le groupe.

Enfin, nous devrons aussi passer de la gestion de crise au travail de
long terme, avec la concrétisation de notre vision, de notre stratégie
de développement et de notre modèle de management pour le futur AREVA.
Philippe Varin et moi-même entendons le doter, avec le soutien de tous
ses collaborateurs, d’un projet de reconquête et d’avenir. »

I – Analyse des chiffres clés du groupe

En millions d’euros   S1 2015   S1 2014 proforma   Variation

2015/2014

Carnet de commandes   32 300   32 233   + 67 M€
Chiffre d’affaires   1 930   1 817   + 6,3 % à p.c.c.
Excédent brut d’exploitation   306   243   + 63 M€
En % du chiffre d’affaires   15,9 %   13,4 %   + 2,5 pts
Cash-flow opérationnel   460   (57)   + 517 M€
Résultat opérationnel   7   (212)   + 219 M€

Résultat net part du groupe des activités cédées ou destinées à
être cédées
1

  (144)   (479)   + 335 M€
Résultat net part du groupe (206) (694) + 488 M€
Résultat net par action   – 0,54 €   – 1,81 €   + 1,27 €
Cash-flow net des activités de l’entreprise   (211)   (266)   + 55 M€
    30.06.2015   31.12.2014    
Endettement (-) / trésorerie (+) net(te)   (6 019)   (5 809)   – 211 M€

Les indicateurs financiers sont définis dans le lexique financier en
Annexe 6 – Définitions.

Le passage des données 2014 publiées aux données 2014 retraitées après
ajustements IFRS 5 est détaillé dans les Comptes consolidés semestriels
résumés au 30 juin 2015 consultables sur www.areva.com.

Carnet de commandes

Au 30 juin 2015, le carnet de commandes du groupe s’élève à 32,3
milliards d’euros contre 32,8 milliards d’euros au 31 décembre 2014. Il
représente ainsi 7 années de chiffre d’affaires. Les prises de commandes
du 1er semestre 2015 s’établissent à plus de 1 milliard
d’euros contre 5,1 milliards d’euros au 1er semestre 2014 qui
avait bénéficié de l’entrée en carnet de l’accord traitement-recyclage
avec EDF.

Le carnet de commandes du BG Mines s’élève à 9 575 millions
d’euros au 30 juin 2015. Dans un contexte de l’uranium naturel encore
incertain, les prises de commandes restent limitées à 245 millions
d’euros sur le 1er semestre 2015 malgré la légère hausse des
prix spot sur le marché de l’uranium naturel (de 35,5 $/livre à fin
décembre 2014 à 36,4 $/libre à fin juin 2015).

Le carnet de commandes du BG Amont2 s’établit à
12 162 millions d’euros au 30 juin 2015. Le montant des prises de
commandes sur le 1er semestre 2015 s’élève à 134 millions
d’euros.

Le carnet de commandes du BG Aval s’établit à 9 386 millions
d’euros au 30 juin 2015. Le montant des prises de commandes sur le 1er
semestre s’établit à 450 millions d’euros notamment du fait d’une forte
activité commerciale de la direction Démantèlement et Services en France
et d’un contrat important pour la fourniture d’emballages dans
l’activité Logistique.

Le carnet de commandes du Corporate et autres activités s’établit
à 1 178 millions d’euros au 30 juin 2015. Le montant des prises de
commandes sur le 1er semestre 2015 s’élève à 199 millions
d’euros.

1 Activités d’AREVA NP, activités Mesures Nucléaires, Energie
solaire et Energie éolienne (pour le résultat du 1er janvier
2015 au 8 mars 2015)
2 Comprend l’activité
Chimie-Enrichissement suite à l’application de la norme IFRS 5 à
l’activité Combustible

Chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires consolidé du groupe s’élève à 1 930 millions
d’euros au 1er semestre 2015, en hausse de 6,2 % par rapport
au 1er semestre 2014 (+ 6,3 % à données comparables). L’effet
de change a eu un impact positif de 57 millions d’euros, principalement
dans les BG Mines et Aval. L’effet de périmètre est négatif sur la
période pour 58 millions d’euros du fait du transfert de la filiale de
systèmes d’information Euriware à Capgemini en mai 2014 et des cessions
des activités Contrôle Commande Transport (CCT) et Lignes d’assemblage
pour l’aéronautique (FAL) d’AREVA TA.

Le chiffre d’affaires du BG Mines s’élève à 738 millions d’euros
au 1er semestre 2015, en forte hausse de 61,3 % par rapport
au 1er semestre 2014 (+ 49,9 % à données comparables).
L’effet de change a eu un impact positif de 35 millions d’euros.Cette
évolution s’explique par la progression importante des volumes vendus
sur le semestre (+ 52,2 %), notamment à destination de clients
asiatiques et américains grâce à un calendrier de livraisons favorable
sur la période.

Le chiffre d’affaires du BG Amont1 s’établit à
347 millions d’euros, soit une baisse de – 13,3 % sur un an (- 14,2 % à
données comparables). L’effet de change a eu un impact positif de 4
millions d’euros.
Cette baisse s’explique par une baisse des
volumes d’enrichissement vendus en France ainsi qu’un calendrier
défavorable pour les volumes vendus à l’international.

Le chiffre d’affaires du BG Aval ressort à 732 millions d’euros,
en hausse de 5,2 % par rapport à la même période de 2014 (+ 2,5 % à
données comparables). L’effet de change a eu un impact positif de 18
millions d’euros.
Il bénéficie d’une hausse de l’activité des
projets internationaux aux Etats-Unis et au Royaume-Uni ainsi que d’un
plus fort volume avec EDF sur les activités de Démantèlement et
Services, hausse dont les effets sont partiellement atténués par une
moindre disponibilité des sites de production industrielle.

Le chiffre d’affaires du Corporate et autres activités s’élève à
114 millions d’euros au 1er semestre 2015, en baisse de
– 57,0 % par rapport au 1er semestre 2014 (- 45,0 % à
données comparables). L’effet de périmètre a eu un impact négatif de 58
millions d’euros du fait des cessions d’Euriware et des activités
Contrôle Commande Transport (CCT) et Lignes d’assemblage pour
l’aéronautique (FAL) d’AREVA TA.
L’évolution du chiffre d’affaires
s’explique par un ajustement comptable sur le chiffre d’affaires dégagé
sur le projet de construction du réacteur de recherche Jules Horowitz
pour le CEA en lien avec les surcoûts provisionnés en 2014 sur
l’activité Propulsion et Réacteurs de recherche.

1 Comprend l’activité Chimie-Enrichissement suite à
l’application de la norme IFRS 5 à l’activité Combustible

Excédent brut d’exploitation (EBE)

L’EBE est en progression par rapport au 1er semestre 2014
(passant de 243 millions d’euros au 1er semestre 2014 à 306
millions d’euros au 1er semestre 2015).

  • L’EBE du BG Mines bénéficie de la progression de l’activité sur
    la période.
  • L’EBE du BG Amont4 est en amélioration du
    fait de volumes de production supérieurs sur le site du Tricastin,
    dont l’usine Georges Besse II, associés à une baisse des coûts.
  • L’EBE du BG Aval progresse sur la période, du fait notamment
    des premiers résultats du plan de compétitivité lancé fin 2014.
  • L’EBE du Corporate et autres activités recule sur la période,
    du fait de l’ajustement comptable sur le projet de construction du
    réacteur de recherche Jules Horowitz (cf. ci-dessus).

Résultat opérationnel

Le résultat opérationnel du groupe s’élève à 7 millions d’euros au 1er
semestre 2015 contre – 212 millions d’euros au 1er semestre
2014 au cours duquel des pertes de valeur sur Comurhex II, pour un
montant de 96 millions d’euros et l’impact négatif de 95 millions
d’euros de l’accord traitement-recyclage conclu avec EDF avaient été
comptabilisés.

Le résultat opérationnel du BG Mines s’élève à 139 millions
d’euros, contre 60 millions d’euros au 1er semestre 2014, en
hausse de 79 millions d’euros, principalement du fait d’une hausse de
l’activité sur la période.

Le résultat opérationnel du BG Amont1 s’élève à – 23
millions d’euros, contre – 72 millions d’euros au 1er
semestre 2014, en hausse de 49 millions d’euros. Au 1er semestre
2015, il inclut, compte tenu de l’atonie persistante des prix de marché
de l’enrichissement, une provision de 86 millions d’euros au titre d’un
contrat d’achats d’UTS, contrat par lequel les engagements fermes pris
au titre des prix d’achats semblent ne plus pouvoir être mis en
perspective d’un prix de marché équivalent sur la période concernée. Au 1er
semestre 2014, il comprenait des pertes de valeur pour un montant de 96
millions d’euros au titre du projet Comurhex II.

Le BG Aval enregistre un résultat opérationnel négatif de – 16
millions d’euros au 1er semestre 2015, en hausse par rapport
au 1er semestre 2014 (- 83 millions d’euros) qui avait été
marqué par l’impact ponctuel négatif de l’accord traitement-recyclage
avec EDF.

Le résultat opérationnel du Corporate et autres activités s’élève
à – 94 millions d’euros, contre – 118 millions d’euros au 1er
semestre 2014, en hausse de 24 millions d’euros du fait notamment d’une
baisse des coûts corporate.
Il n’a pas été constitué de provision
au 30 juin 2015 au titre des mesures sociales en cours de négociation
avec les organisations syndicales au périmètre des activités corporate
et nucléaires du groupe en France et en Allemagne, les critères fixés
par la norme IAS 37 pour la comptabilisation de provisions au titre des
restructurations et opérations assimilées n’étant pas remplis à cette
date. La communication de plans détaillés par filiale et par site est
prévue au cours du second semestre de l’année 2015.

1 Comprend l’activité Chimie-Enrichissement suite à
l’application de la norme IFRS 5 à l’activité Combustible

Cash-flow opérationnel

Le cash-flow opérationnel progresse de 517 millions d’euros par rapport
au 1er semestre 2014 (460 millions d’euros au 1er
semestre 2015 contre – 57 millions d’euros au 1er
semestre 2014).

La variation du BFR opérationnel est positive, atteignant 485 millions
d’euros au 1er semestre 2015 contre 124 millions d’euros au 1er
semestre 2014. Elle bénéficie notamment d’opérations de déstockage
dans le BG Mines ainsi que d’une réception importante d’un paiement
client dans le BG Aval au titre de la régularisation de prestations
antérieures. Par ailleurs, les actions d’optimisation de trésorerie
réalisées au niveau du groupe (opérations d’affacturage, monétisation de
créances de crédit d’impôt recherche et CICE, renforcement du pilotage
de la trésorerie et mise en œuvre du plan de compétitivité) permettent
également d’expliquer cette évolution.

Les investissements opérationnels bruts du groupe s’élèvent à 341
millions d’euros au 1er semestre 2015, contre 423 millions
d’euros au 1er semestre 2014. Cette baisse est en ligne avec
l’avancée de la construction des usines Georges Besse II et Comurhex II,
ainsi que la mise sous cocon du projet minier d’Imouraren (Niger).

Cash-flow net des activités de l’entreprise

Le montant du cash-flow net des activités de l’entreprise s’élève à –
211 millions d’euros au 1er semestre 2015. Ce montant est
composé principalement des éléments suivants :

  • le cash-flow net des activités de l’entreprise destinées à être cédées
    pour un montant de – 380 millions d’euros ;
  • le cash des opérations financières négatif de – 126 millions d’euros ;
  • un effet change négatif de – 122 millions d’euros ;
  • compensés en partie par le cash-flow opérationnel positif de 460
    millions d’euros.

Pour le 2nd semestre 2015, le groupe anticipe une
accélération de la dégradation du cash-flow net des activités de
l’entreprise, portée essentiellement par les éléments suivants :

  • un calendrier de livraison favorable sur le 1er semestre de
    l’année dans le BG Mines et une réception importante de paiement
    client dans le BG Aval ;
  • une diminution des mesures d’optimisation de trésorerie déployées au 1er
    semestre dont les impacts favorables ne sont pas reproductibles ;
  • des investissements plus importants au 2nd semestre (comme
    anticipé) notamment dans le BG Amont ;
  • une dégradation du cash-flow net des activités de l’entreprise
    destinées à être cédées liée au calendrier des opérations des grands
    projets, notamment sur le projet finlandais Olkiluoto 3.

Résultat net part du groupe

Le résultat net part du groupe s’élève à – 206 millions d’euros au 1er
semestre 2015 contre un résultat net part du groupe de – 694 millions
d’euros au 1er semestre 2014.

  • Le résultat financier s’élève à – 46 millions d’euros au 1er
    semestre 2015, contre – 28 millions d’euros au 1er semestre
    2014. Le coût de l’endettement financier net s’élève à – 90 millions
    d’euros au 1er semestre 2015 contre – 74 millions d’euros
    au 1er semestre 2014.
  • La charge d’impôt nette atteint – 15 millions d’euros au 1er
    semestre 2015, contre un produit net de 10 millions d’euros au 1er
    semestre 2014.

Le résultat net d’impôt des activités cédées ou destinées à être cédées
s’élève à – 146 millions d’euros au 1er semestre 2015
contre – 489 millions d’euros au 1er semestre 2014, et se
décompose de la façon suivante :

  • Le résultat net d’AREVA NP1 progresse de 48 millions
    d’euros sur la période. Il inclut une provision de 39 millions d’euros
    sur un contrat de modernisation de centrale. Le 1er
    semestre 2014 avait été marqué par un complément de provision pour
    perte à terminaison au titre d’un autre contrat de modernisation à
    hauteur de 90 millions d’euros.
  • L’activité Energie éolienne progresse de 173 millions d’euros sur la
    période en raison d’une diminution des pertes de valeur et provisions.
    Ce résultat inclut des provisions pour perte à terminaison et pour
    risques à hauteur de 73 millions d’euros. Le 1er semestre
    2014 avait été principalement marqué par des provisions pour perte à
    terminaison et des provisions pour risques à hauteur de 232 millions
    d’euros.
  • Les autres activités, Mesures Nucléaires et Energie solaire, sont en
    amélioration de 122 millions d’euros sur la période. Le 1er
    semestre 2014 avait été principalement marqué par des pertes de valeur
    et des provisions pour perte à terminaison sur l’activité solaire.

Endettement financier net et liquidité

L’endettement financier net total du groupe s’élève à 6 019 millions
d’euros au 30 juin 2015, contre 5 809 millions d’euros au 31 décembre
2014. Cette hausse de l’endettement net s’explique principalement par le
cash-flow net négatif des activités de l’entreprise destinées à être
cédées (- 380 millions d’euros), l’impact du cash des opérations
financières (- 126 millions d’euros) ainsi que par un impact de
conversion négatif (- 122 millions d’euros), partiellement compensés par
le cash-flow opérationnel des activités poursuivies (+ 460 millions
d’euros).

L’encours obligataire d’AREVA s’élève à 5,9 milliards d’euros au 30 juin
2015 et le groupe n’a pas d’échéance majeure de remboursement de dette
avant septembre 2016.

Au 30 juin 2015, le groupe disposait :

  • d’une trésorerie nette disponible2 de 425 millions d’euros
    (contre 1 062 millions d’euros au 31 décembre 2014) et d’une
    trésorerie brute positive de 1,3 milliard d’euros (contre 1,7 milliard
    d’euros au 31 décembre 2014). Le maintien de la trésorerie brute à un
    niveau de 1,3 milliard d’euros résulte de la combinaison d’actions
    d’optimisation engagées au cours du semestre (gestion optimisée de la
    trésorerie, mise en œuvre du plan de compétitivité, opérations
    d’affacturage et cession de créances de crédit d’impôt recherche et
    CICE) ;
  • d’un encours non utilisé de lignes bilatérales confirmées d’échéances
    2016 et 2017 pour des montants de 50 millions d’euros et 795 millions
    d’euros, respectivement, en complément d’une ligne de crédit syndiquée
    de 1,25 milliard d’euros non utilisée d’échéance janvier 2018. Comme
    annoncé lors de la présentation des résultats annuels le 4 mars 2015,
    AREVA envisage de tirer sur ses lignes de crédit au cours du second
    semestre 2015.

1 Le détail du résultat d’AREVA NP est détaillé dans la Note
6 des Comptes consolidés semestriels résumés au 30 juin 2015
consultables sur www.areva.com.
2
Trésorerie nette disponible : Trésorerie, équivalents de trésorerie
minorés des dettes financières courantes

Au 30 juin 2015, la dette financière courante, qui permet de réconcilier
le montant de trésorerie brute de 1,3 milliard d’euros et le montant de
trésorerie nette disponible de 425 millions d’euros, s’élève à 869
millions d’euros et est notamment composée :

  • d’instruments financiers dérivés pour un montant de 235 millions
    d’euros ;
  • d’intérêts sur emprunt obligataire pour un montant de 111 millions
    d’euros ;
  • des billets de trésorerie pour un montant de 21 millions d’euros,
    remboursables en janvier 2016 ;
  • de la 1ère tranche d’un prêt accordé par la Banque
    Européenne d’Investissement pour 200 millions d’euros, remboursable en
    décembre 2015 ;
  • de la 2ème tranche d’un prêt accordé par la Banque
    Européenne d’Investissement pour 200 millions d’euros, remboursable en
    janvier 2016 ;
  • des échéances de remboursement du prêt amortissable au titre du
    financement structuré Georges Besse II, pour un montant de 26 millions
    d’euros (13 millions d’euros au second semestre 2015 et 13 millions
    d’euros au premier semestre 2016).

Au-delà de 12 mois, et jusqu’à 36 mois, les échéances de dette
significatives sont les souches obligataires expirant en septembre 2016
et octobre 2017, pour des montants nominaux résiduels de 975 millions
d’euros et 800 millions d’euros, respectivement.

La continuité d’exploitation du groupe est ainsi assurée pour les 12
prochains mois. Au-delà de cette période, elle sera assurée par la
réalisation des mesures prévues dans son plan de financement.

II – Plan de transformation

Comme annoncé le 4 mars dernier, AREVA met en œuvre son plan de
transformation en s’appuyant sur différents leviers.

Performance opérationnelle

L’objectif pour AREVA est de retrouver une performance opérationnelle
comparable à celle de ses principaux concurrents sur les différents
marchés dans le monde. Pour cela, le groupe a annoncé le 4 mars dernier
le lancement d’un plan de compétitivité avec l’objectif de réduire ses
coûts d’1 milliard d’euros à l’horizon 2017 sur la base de coûts
annuelle par rapport à 2014.

Contacts

AREVA
Service de Presse
T : +33 (0)1 34 96 12 15
press@areva.com
ou
Relations
Investisseurs

Philippine du Repaire, T : +33 (0)1 34 96 11 51
philippine.durepaire@areva.com

Read full story here