Press release

Bernstein Litowitz Berger & Grossmann cherche à centraliser tous les litiges relatifs au marketing, aux pratiques de vente et à la responsabilité produit des Volkswagen « diesel propre » dans le district central de Californie

0 0
Sponsorisé par Business Wire

SAN DIEGO–(BUSINESS WIRE)–Bernstein Litowitz Berger & Grossmann LLP (« BLB&G »), représentant un collectif de propriétaires et de locataires de véhicules équipés de moteurs Volkswagen « TDI diesel propre », a déposé sa demande de centralisation de tous les litiges relatifs au marketing, aux pratiques de vente et à la responsabilité produit des Volkswagen «

SAN DIEGO–(BUSINESS WIRE)–Bernstein Litowitz Berger & Grossmann LLP (« BLB&G »), représentant un
collectif de propriétaires et de locataires de véhicules équipés de
moteurs Volkswagen « TDI diesel propre », a déposé sa demande de
centralisation de tous les litiges relatifs au marketing, aux pratiques
de vente et à la responsabilité produit des Volkswagen « diesel propre »
auprès du tribunal fédéral du district central de Californie. La demande
couvre tous les recours collectifs et procès individuels cherchant à
obtenir réparation pour le compte de consommateurs lésés par la pratique
illégale reconnue par Volkswagen concernant l’installation d’un logiciel
sophistiqué permettant de contrevenir aux normes anti-pollution.

Véhicules concernés :

  • Audi A3 TDI (2009-2015)
  • Beetle TDI (2009-2015)
  • Beetle Convertible TDI (2009-2015)
  • Golf TDI (2009-2015)
  • Golf SportWagen TDI (2009-2015)
  • Jetta TDI (2009-2015)
  • Jetta SportWagen TDI (2009-2015)
  • Passat TDI (2012-2015)

Plus de 150 recours collectifs putatifs ont été déposés à l’échelle
nationale à l’encontre de Volkswagen dans le cadre du scandale sur les
émissions. Blair A. Nicholas, associé chez BLB&G et responsable de
l’équipe du contentieux Volkswagen du cabinet, a déclaré aujourd’hui : « Le
district central de Californie est le tribunal le plus approprié pour
tenir des procédures préliminaires centralisées en raison de sa vaste
expérience en matière de litiges complexes portant sur des défauts de
véhicules automobiles, y compris ceux impliquant des constructeurs
étrangers
». M. Nicholas explique par ailleurs que : « Le
district central est au centre de la fraude commise par Volkswagen car
la Californie a les normes les plus strictes en matière d’émissions aux
États-Unis ; le dispositif d’invalidation de Volkswagen a été conçu
spécialement pour contourner ces normes. La Californie a subi les effets
les plus dévastateurs de cette inconduite, car Volkswagen vend plus de
voitures en Californie que dans tout autre État, a plusieurs
installations dans le district central de Californie (y compris le plus
grand « centre d’essai » de la société et le seul laboratoire de
contrôle des émissions en Amérique du Nord), et la fraude généralisée
perpétuée par Volkswagen a été dénoncée par le bureau californien des
ressources en air (California Air Resources Board)
».

Volkswagen a admis avoir trafiqué le logiciel sur les modèles TDI dans
le but de fausser les tests anti-pollution californiens et fédéraux de
l’EPA, permettant à ses véhicules d’émettre des particules et des
substances chimiques nocives jusqu’à quarante fois supérieures aux
niveaux autorisés. « Notre entreprise a été malhonnête envers l’EPA et
le California Air Resources Board, ainsi qu’envers chacun d’entre vous
et dans ma langue on dirait que nous avons totalement foiré », a admis
Michael Horn, le patron du groupe Volkswagen aux États-Unis. Plus
récemment, Volkswagen a annoncé que la société allait « réviser »
jusqu’à 11 millions de véhicules dans le monde pour réparer le logiciel
illégal. Volkswagen, cependant, n’a pas révélé comment ces « révisions »
proposées affecteraient la valeur des véhicules et les promesses de
performance, de consommation en carburant et de réduction des émissions
supérieures que Volkswagen a faites aux consommateurs. « La fraude
perpétrée par Volkswagen envers les normes anti-pollution californiennes
et fédérales est tout à fait scandaleuse et répréhensible et tous les
consommateurs affectés ont le droit d’être indemnisés », a ajouté M.
Nicholas.

Le recours collectif de BLB&G cherche à obtenir réparation pour
l’ensemble des dommages subis par les consommateurs suite à l’inconduite
de Volkswagen, y compris des dommages punitifs. Si vous avez acheté ou
loué un des véhicules concernés figurant dans la liste ci-dessus et
désirez connaître vos droits ou intérêts juridiques à l’égard du litige
en cours, veuillez contacter Bernstein Litowitz Berger & Grossmann LLP
(Rachel Felong, Esq.) au (888) 924-1888 ou (858) 720-3180, ou par e-mail
à Rachel.Felong@blbglaw.com.

Blair Nicholas et Benjamin Galdston, associés à BLB&G, sont responsables
de l’équipe du contentieux du cabinet dans la procédure engagée contre
Volkswagen. Des informations complémentaires concernant l’affaire
Volkswagen, y compris une copie de la plainte en recours collectif, est
disponible à www.blbglaw.com/volkswagen. BLB&G
est largement reconnu comme l’un des grands cabinets juridiques mondiaux
spécialisés dans les recours collectifs et a recouvré plus de 28
milliards de dollars pour le compte de victimes pour actes
répréhensibles de la part d’entreprises. Pour de plus amples
informations sur BLB&G, rendez-vous sur le site www.blbglaw.com.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Bernstein Litowitz Berger & Grossmann LLP
Rachel Felong, Esq.,
858-720-3180
Rachel.Felong@blbglaw.com